Hope House, une organisation à but non lucratif axée sur le développement social à Maurice, vise à satisfaire les besoins humains et répondre à un objectif d’équité sociale, en favorisant la participation de tous les groupes sociaux sur les questions de protection de l’environnement, d’éducation, d’emploi, de culture… Pour favoriser la cohésion sociale, André et Yvette Holl, un couple sud-africain vivant aujourd’hui à Maurice, misent sur la capacité de notre société à assurer le bien-être de tous ses citoyens, mais ils croient avant tout à l’entraide. « Chaque être humain possède la capacité de contribuer à la société qui les entoure, et c’est à partir de cette passion que Hope House est née… » Il s’agit de donner la possibilité à tout un chacun, d’accéder, quel que soit son niveau de vie, aux besoins essentiels : alimentation, logement, santé, accès égal au travail, éducation, droits de l’homme, culture, etc. Ce mois-ci, une petite équipe de Hope House a fait le tour de Maurice en kayak avec des escales dans les villages côtiers. Ce voyage a duré  7 jours (en 7 étapes), durant lesquels le travail de différentes ONG impliquées a été mis en lumière.
Parmi les principaux enjeux sociaux, les thématiques suivantes ont été identifiées : trois programmes de menuiserie, couture, activité sportive (water-polo). Lutter contre l’exclusion et les discriminations, c’est-à-dire respecter et protéger les personnes les plus faibles, l’exemple est donné par cette politique d’insertion professionnelle. Un programme sur mesure a été créé pour donner aux jeunes l’opportunité de trouver un emploi et éventuellement, la possibilité de créer leur propre entreprise. Ces jeunes ont pu acquérir les bases de la menuiserie et du design d’ameublement. Aujourd’hui, ce sont des artisans dont les créations sont vendues à travers différentes plateformes (Baie et Vanilla Café à Rivière-Noire). L’argent perçu à travers ces ventes est une motivation supplémentaire pour ces futurs salariés. Hope développe aussi des projets ciblés pour limiter les disparités : égalité Homme-Femme, le nivellement des salaires, l’accessibilité au travail pour tous. C’est ainsi qu’à Rivière-Noire et à Baie-du-Tombeau les femmes en situation difficile (pression sociale, chômage) bénéficient d’un projet de solidarité. « Le but de ce programme est avant tout de leur apporter de l’espoir et la confiance en elles. Yvette rencontre ces femmes chaque semaine et leur enseigne à coudre à la main ou à la  machine. Elles apprennent aussi à fabriquer des objets utiles à travers du matériel de récupération. Favorisant ainsi le tri, le recyclage et la valorisation des déchets. Proposer des actions ayant un impact positif sur les personnes concernées : détente, cohésion, contact avec la nature, c’est un autre programme développé par Hope House, notamment « Salt Surfers », un programme qui vise l’accompagnement d’enfants et d’adolescents dans les communautés locales à travers le waterpolo et le surf. Ils pourront acquérir des valeurs comme l’estime de soi, le sens du travail d’équipe, le respect de l’autre. Si Yvette et André  tentent de concilier la viabilité de leur projet avec des principes éthiques, telles la protection de l’environnement et la préservation du lien social, il est un fait que d’autres ONG manquent de visibilité à Maurice. C’est à partir de cette réalité que « Love MORIS » a été imaginé. Le tour de Maurice en sept jours et sept étapes a permis de mesurer le travail entrepris par les ONG impliquées dans le social. Hope a sollicité les réseaux sociaux et les médias afin de permettre aux organisations de présenter le travail qu’elles accomplissent à Maurice. Le tour était aussi un moyen de créer des connexions entre les ONG, de promouvoir une organisation économique responsable. Plus d’infos sur les activités et réalisation  de Hope House, visitez la page Hope House sur Facebook et le site hopehousemauritius.com.