Aussitôt sa prise de fonctions en tant que Chief Executive Officer du groupe Beachcomber, Gilbert Espitalier-Noël s’est donné comme objectif d’insuffler un nouvel élan à ce porte-drapeau de l’industrie hôtelière locale. Six mois après, et avec la première étape du projet “Beachcomber – Au coeur des valeurs”, les premiers contours se dessinent avec une année 2016 promise comme étant celle de la mise en chantier des projets identifiés. Dans son message de fin d’année aux employés du groupe, le CEO a mis l’accent sur les points forts qui ont fait l’unanimité lors de ces consultations tous azimuts tout en rassurant le personnel sur le volet de la performance pour l’année financière. C’est ce qui se dégage du dernier bulletin de l’année de Beachnews.
D’entrée de jeu, Gilbert Espitalier-Noël confirme que l’esprit d’ouverture demeure le maître-concept de toute initiative envisagée dans la conjoncture. « Nous aurions pu faire cet exercice axé sur le thème “Beachcomber – Au coeur des valeurs” avec un petit comité au Head Office. Mais nous avons choisi d’impliquer l’ensemble du personnel. Toutes les équipes en sont partie prenante. C’est un exercice fabuleux qui nous donne une base très solide. Nous avons une mine d’or », souligne-t-il en s’appesantissant sur l’importance accordée aux ressources humaines au sein du groupe.
« Beaucoup de souhaits et de points positifs ont été exprimés. Tous ces éléments seront pris en compte. L’année 2016 sera un chantier important pour nos ressources humaines. Un accent encore plus important sera mis sur la formation. Beaucoup a été fait jusqu’ici. On fera encore plus, et cela à tous les niveaux », a poursuivi le CEO avant d’aborder les priorités qui seront mises à exécution à partir de l’année prochaine. Il a mis l’accent sur les huit valeurs qui ont suscité le consensus lors de l’exercice, à savoir « service », « humain », « savoir-faire », « solidité », « mauricien », « confiance », « esprit d’équipe » et « innovation ». Huit mots qui, pour Gilbert Espitalier-Noël, « donnent déjà une direction de qui nous sommes », ajoutant : « Ce n’est que le début. La moitié du chemin a été faite ; l’autre moitié reste à faire. Ces valeurs feront émerger le Beachcomber de demain. Beachcomber est une marque extrêmement forte, admirée et puissante. Par contre, il est bon, à des intervalles réguliers, de revoir la marque et de la rajeunir. On va travailler à l’avenir sur le nouveau logo. » Et de faire état des projets à venir en confirmant que 2016 devra voir le démarrage du chantier de construction d’un complexe hôtelier aux Salines, Rivière-Noire.
« Nous travaillons activement sur le projet des Salines, à Rivière-Noire. J’espère que 2016 nous permettra de démarrer ce chantier », a déclaré le CEO. La  rénovation de 64 chambres au Paradis, au Morne, et l’extension d’une quarantaine de nouvelles chambres à l’hôtel Victoria, le début des travaux étant annoncé pour mars prochain, sont également au programme. Beachcomber caresse également l’idée de poser ses empreintes dans la région, notamment avec la gestion d’hôtels aux Maldives et au Sri Lanka. « Il y a des moyens d’établir notre marque dans la zone. Nous espérons que les stratégies mises en place se matérialiseront en 2016 », devait-il renchérir.
Le groupe hôtelier compte aussi accentuer ses efforts dans le domaine de la formation avec la Beachcomber Training Academy (BTA), qui emménage dans ses locaux à Trou-aux-Biches. L’académie, qui sera le pôle de formation du groupe, proposera différents modules pour répondre aux besoins des équipes des opérations hôtelières, du management et du siège général.
D’autre part, en partenariat avec l’école professionnelle Santayarea, Beachcomber se lancera dans la formation des métiers du bien-être dans le courant de l’année prochaine. Grâce à un protocole d’accord déjà signé en ce sens, cette école offrira ainsi un large éventail de cours, notamment sur les techniques de massages, les soins portant sur le bien-être et la beauté. Sa vocation sera de permettre aux équipes de spa et centres de bien-être des hôtels du groupe d’acquérir de nouvelles compétences.
Un vent de renouveau soufflera aussi sur la Fondation Espoir Développement (FED) en 2016. Les “Projet Employabilité Jeunes” et “Local Hands”, qui sont les deux principaux programmes d’intégration de la FED, seront ainsi consolidés. Un recrutement plus conséquent est à prévoir. Nouveauté : avec le projet Beachcomber Screen, le groupe lancera sa télé d’entreprise pour accroître les échanges et la communication intra-Beachcomber. Beachnews annonce que la mise en place de ces écrans répond à une attente exprimée par le personnel lors des ateliers de groupes et des entretiens individuels initiés. Ces écrans, qui seront installés dans les HR Centers, diffuseront quotidiennement les actus du groupe et de ses différentes entreprises.
Dans son éditorial du dernier numéro de Beachnews de l’année, Malenn Oodiah, responsable de la communication au sein du groupe, se félicite des retombées de la première phase de l’exercice “Au coeur des valeurs”, s’étalant sur les quatre derniers mois. « Cela a été une belle démonstration d’un acte de foi renouvelé dans Beachcomber et dans le pays », dit-il, en faisant état des projets retenus pour traduire dans la réalité les souhaits exprimés. « 2016 verra la mise en place et la mise en oeuvre d’un vaste chantier avec deux importants volets : la communication marketing et la politique des ressources/richesses humaines. La marque Beachcomber demande à être rafraîchie dans le cadre d’un exercice de “rebranding” avec une utilisation optimale des nouvelles technologies », ajoute-t-il.