L’hypnose est décrite, ne serait-ce que dans Wikipédia, comme étant « un état modifié de conscience comme la transe ou la relaxation et qui est généralement provoquée chez une personne par l’action d’une autre personne ». Cette pratique aussi peu répandue que mystérieuse pour beaucoup est méconnue à Maurice.

PATRICIA PARRED-LINTY

Des téléspectateurs mauriciens ont sans doute pu en découvrir certaines facettes à travers l’émission “Stars sous hypnose” sur la chaine française TFI, dans laquelle s’exerce le mentaliste Messmer. Quoi qu’il en soit, Week-End a voulu en savoir plus avec l’hypno coach française Patricia Linty, qui est également la créatrice de Talents & Ressources Coaching.

Vivant à Maurice depuis dix ans, Patricia Parred-Linty fait d’emblée ressortir que

« l’hypnose thérapeutique ou en entreprise n’a rien à voir avec l’hypnose en spectacle que Messmer présente à la télé ». En revanche, selon elle, les deux techniques portent en elles les mêmes limites : « Messmer, comme moi, ne fera jamais faire à une personne ce que son subconscient perçoit comme un danger ou ce qu’elle considère comme contraire à ses bésoins, ses valeurs et croyances. »

Confrontée aux limites de la médecine classique, Patricia Parred-Linty, 45 ans, affirme avoir découvert l’hypnose et le magnétisme il y a vingt ans, à la suite à d’un parcours de vie chaotique, lié à de gros problèmes d’allergie. « C’est une partie de ma délivrance allergique », dit celle qui est aussi coach en gestion du stress en entreprise. Et pour cause, elle met en place une séance d’auto-hypnose tous les matins « avec, à la clé, des résultats probants. Cela m’a porté au niveau des ondes cérébrales, là où les peurs dans notre système nerveux n’existent plus qu’en bêta, c’est-à-dire, dans l’analytique et non plus dans le lâcher-prise ». L’idée lui vient alors d’intégrer ce processus à son business coaching. « Je commence à en parler à mes clients et, petit à petit, je ne suis plus que l’interprète, mais j’endosse un rôle de coach », souligne-t-elle. « Grâce aux bienfaits de l’hypnose, à tous les niveaux, je double le chiffre d’affaires des cabinets d’avocats ou d’entreprises pharmaceutiques, par exemple. »

Patricia Parred-Linty s’est formée à la Programmation neurolinguistique (PNL) et à l’hypnose ericksonienne. Créée aux États-Unis, dans le milieu des années 1970, par John Grinder, linguiste, et Richard Bandler, alors étudiant en psychologie, la PNL s’intéresse avant tout au « Comment ça marche ? », plutôt qu’au « Pourquoi ça ne marche pas ? » Ce modèle de psychothérapie a de nombreux champs d’application, de la communication dans le domaine personnel et professionnel, à la psychothérapie, aux relations d’aide, à la santé, au management et en enseignement. D’autre part, l’hypnose ericksonnienne opère par suggestions indirectes et par l’utilisation de métaphores que « je rédige moi-même pour qu’elles collent à 100 % à la problématique d’un client », explique Patricia Parred-Linty, qui ajoute que, « ce modèle est basé sur votre façon d’être en prenant bien en compte votre orientation sensorielle ».

L’hypnotiseur Messmer a fait de l’hypnose un véritable spectacle

Un véritable accélérateur de performances

La créatrice de Talents & Ressources Coaching en est aujourd’hui persuadée : l’hypnose s’avère être un véritable accélérateur de performances et de succès : « Je m’en sers énormément pour aider les entreprises mauriciennes à booster leurs performances. » Elle nous confie avoir observé que les managers locaux, récemment promus, présentent souvent un déficit de confiance en eux, voire un certain malaise face à leurs anciens collaborateurs. « C’est également un de mes outils de bien-être en entreprise, l’hypnose étant, rappelons-le, d’abord un état naturel d’hyper concentration et de relaxation, donc un état d’hyper créativité. »

Et comme à Maurice le seul nom d’hypnose donne de l’urticaire à beaucoup, Patricia Parred-Linty pose actuellement ses jalons dans la formation en hypnose : « Pourquoi ? Parce que je fais des bonds quand j’entends certains pontes de l’hypnose qui viennent à Maurice inviter leurs stagiaires qui ont trois jours de formation à exercer l’hypnose. C’est un outil puissant qui, mal manié, peut provoquer des dégâts considérables, sans qu’il y ait mauvaise intention chez l’hypnotiseur bien entendu, mais juste par manque de professionalisme. »