Est-ce pour décoincer une image lisse ? Le petit monsieur a recours à des outrances langagières. Ce ne sont certes pas les mots épicés dont seul le mentor a le secret. Ce n’est pas mal essayé pour assaisonner un discours insipide. Discours qui possède la faculté de nous prendre pour des abrutis. Une petite revue pressée suffit pour s’en convaincre. Ainsi, le petit lance des phrases assassines du genre : licking my hands and other parts. Qu’a-t-on voulu sous-entendre par other parts ? Ce monsieur se révèle un coquin. Un fieffé taquin ?