Source photo : Internet

L’édition 2018 de l’indice de liberté économique (Index of Economic Freedom) établi par The Heritage Foundation, un think tank américain, place Maurice à la première place au niveau de l’Afrique subsaharienne et 21e à l’échelle mondiale sur un total de 180 pays.

Maurice a récolté une moyenne de 75,1 points sur un total de 100, devançant dans la région le Botswana (35e mondial avec 69,9 points), le Rwanda (39e, 69,1 points), l’Afrique du Sud (77e, 63 points), l’Ouganda (83e, 62 points) et la Côte d’Ivoire (85e, 62 points). Le rapport de The Heritage Foundation révèle que l’Afrique subsaharienne ne compte aucune économie considérée comme « libre », soit la catégorie la plus élevée. Maurice, selon les observateurs, a pu tirer son épingle du jeu en se classant dans la catégorie des pays « globalement libres ». Le Botswana et d’autres pays africains se retrouvent dans la catégorie des économies « modérément libres ».

Au niveau mondial, le haut du tableau est occupé par Hong Kong qui a obtenu une moyenne de 90,2 points pour précéder Singapour (88,8 points), la Nouvelle-Zélande (84,2 points), la Suisse (81,7 points) et l’Australie (80,9 points). A noter que Maurice a fait mieux que des économies telles la Norvège (23e), l’Allemagne (25e), la Corée du Sud (27e), le Japon (30e), la France (71e), la Chine (110e) et l’Inde (130e).

L’Index of Economic Freedom mesure depuis 1995 la liberté économique dans le monde sur la base de 12 facteurs quantitatifs regroupés sous quatre piliers : 1) l’État de droit (droit de propriété, intégrité du gouvernement et efficacité judiciaire), 2) la prépondérance du gouvernement (dépenses publiques, pression fiscale et santé fiscale), 3) l’efficacité réglementaire (liberté de faire des affaires, liberté du travail et liberté monétaire) et 4) marchés ouverts (liberté commerciale, liberté d’investissement et liberté financière).
Selon les auteurs du rapport, Maurice a amélioré son score de 0,4 point, avec des améliorations de quelques facteurs quantitatifs : intégrité du gouvernement, droits de propriété.

Ces progrès ont permis de compenser le repli sous le facteur efficacité judiciaire. « Solid economic policies and prudent banking practices helped business-friendly Mauritius survive the global financial crisis. Its trade and investment outreach around the globe since then has increased exports of goods and services, including tourism, and lower oil prices have kept inflation low. An efficient and transparent regulatory regime supports broad-based economic development, and competitive tax rates and a flexible labor code facilitate private-sector growth.

A sound legal framework protects property rights. The pace of reform has slipped, suggesting a deterioration in competitiveness », indique le rapport.
Selon The Heritage Foundation, l’économie mondiale se trouve « modérément libre » en 2018 mais le score global en termes de liberté économique s’est amélioré pour la sixième année consécutive. Parmi les 180 pays et territoires classés dans l’indice, 102 ont fait des progrès.