Le taux d’inflation sera inférieur à 3% d’ici décembre 2016. C’est ce qu’anticipent 56,3% des opérateurs économiques interrogés par la Banque de Maurice (BoM) dans le cadre de la 29e édition de son « Inflation Expectations Survey ».
Rendant publics les résultats de son dernier sondage auquel ont participé 48 chefs d’entreprise de divers secteurs réels de l’économie mauricienne, la BoM  rapporte que la majorité des participants ne prévoit pas un taux supérieur à 3% concernant la “headline inflation” (moyenne de l’indice des prix à la consommation sur une année comparée à celle des 12 mois précédents) d’ici décembre 2016. Un tiers des sondés (33,3%) s’attend à un taux variant entre 3% et 4,4% pour l’année prochaine alors qu’ils sont 10,4% à penser que le taux dépasserait les 4,4%.
Entrepris en novembre 2015, le sondage BoM fait voir que deux tiers des participants prévoient pour la période se terminant en novembre 2016 que le taux d’inflation sera en dessous des 3% alors que ceux qui ont indiqué un taux variant entre 3% et 4,4% sont au nombre de 27,1%. Seulement 6,2% des sondés penchent en faveur d’un taux de plus de 4,4%.
A la question de savoir quelles sont leurs attentes concernant l’inflation à fin juin 2016, ils sont beaucoup plus nombreux (81,3%) à annoncer un taux de moins de 3%, contre 12,5% de participants indiquant une fourchette de 3% à 4,4%.
Le sondage de la BoM permet d’établir que 62,5% des opérateurs économiques considèrent que le taux d’inflation de 1,2% enregistré en octobre 2015 « as being low » alors que 35,4% d’entre eux sont d’opinion que le niveau atteint est « appropriate ». Les prix des biens et services ont grimpé pendant les 12 mois précédents, ont estimé 66,7% des participants. Ceux qui ont indiqué que les prix ont baissé sont au nombre de 20,8%, les autres affirmant que les prix sont restés stables.
Interrogés sur les principaux facteurs influençant la tendance concernant l’inflation à Maurice, 56,3% des chefs d’entreprise ont fait ressortir que les facteurs exogènes constituent la principale source de l’inflation. Le changement dans le taux de change de la roupie est considéré par 45,8% des participants comme étant « the second most important factor ».
Par ailleurs, dans les procès-verbaux de la dernière réunion du comité de politique monétaire de la BoM, il est souligné que, selon les techniciens de la banque centrale, la “headline inflation” pour 2015 tournerait autour de 1,6% alors que, pour 2016, elle s’élèverait à environ 3%. A la BoM, on est d’avis que les facteurs exogènes « would mildmy influence domestic price pressures ».