INITIATIVE CITOYENNE CE SOIR CHEZ AKA ROTI: Les arts et la culture contre la drogue à Cité Vallijee

Aujourd’hui, à 20h chez Aka Roti, à Cité Vallijee, se déroulera une soirée que je pourrai qualifier d’initiative citoyenne, dans le sens valeureux et noble du terme. Il s’agit de mettre un coup de projecteur sur une occurrence de « fonction sociale de l’art », née d’une rencontre entre un constat et une réponse urgente à apporter à un problème qui submerge le pays en ce moment. Nous parlerons de l’homme derrière cette initiative plus tard…
Aka, le combattant d’une île qui se convulse
J’ai rencontré le propriétaire de l’enseigne Aka Roti en décembre 2016. Nous avions discuté des ravages de la drogue parmi les jeunes. L’homme, qui se fait volontiers appeler Aka (tante en tamoul), m’a semblé très préoccupé par l’étendue des dégâts de « sintetik », cette drogue qui tue à petit feu quasiment tous les jours à Maurice. Aka m’a parlé de ces jeunes qui vont au casse-pipe, se privant d’un avenir, de la vie, parce que souvent la transmission des valeurs semble rompue. Pour Aka, il manque des espaces dévolus aux jeunes. « Il est de plus en plus dangereux de sortir la nuit. La sécurité est de plus en plus un mirage. Cela m’inquiète. Il faut faire quelque chose », m’a-t-il confié. La discussion s’est poursuivie.
Nous avons évoqué les possibilités de se procurer du « plaisir » (les jeunes appellent leur plaisir sous l’emprise de la drogue « nissa ») autrement, par la création artistique, les arts. L’art, la culture, la créativité peuvent être des passerelles pour la transmission des valeurs, des compétences, des passions et peuvent agir comme des garde-fous contre les marchands de la mort. « Il est important de les convier à des activités et les encourager à trouver une satisfaction personnelle plus profonde en eux »…
Aka est un homme d’action, un citoyen agissant, cela ne fait aucun doute. Mes propos ne sont pas tombés dans l’oreille d’un sourd… Quelques mois après, l’Aka Club fut créé, avec une page Facebook invitant les jeunes et les moins jeunes à se rendre au local abritant le restaurant en face du terrain de jeux de Cité Vallijee, chaque vendredi, samedi et dimanche soir, de 18h à 20h30. L’appel était lancé auprès des jeunes, pour qu’ils s’approprient un espace créatif et une écoute. « Zenes, vinn montre to talan » est devenu le cri de ralliement des jeunes sensibles à l’appel de notre ami gastronome soucieux du bien-être de son quartier. Sont proposés du karaoké, du théâtre, du “dance ball”…
Projet d’édition des Cahiers de Pic Pic
L’idée d’une édition a aussi progressé lors de notre dernière rencontre.  Déjà, il est question qu’une maison d’édition La Sagesse voie le jour prochainement. Le premier ouvrage sera Les Cahiers de Pic Pic, réunissant des textes poétiques, aphorismes et pensées d’Hassenjee Essackjee, grand nomade devant l’Éternel. C’est lui qui avait interprété le vagabond sympathique du film Pic Pic, nomade d’une île, que j’avais réalisé en 1996, et qui avait récolté le prix de la meilleure production au London Videographer’s Guild en 1997 et le prix de la meilleure réalisation au Zanzibar International Film Festival en 1996. Senji a aussi animé de nombreux ateliers en vue d’aider les jeunes à prendre conscience de leurs propres richesses. Malade aujourd’hui, il ne s’est pas épargné pour venir participer à cette soirée citoyenne dont la portée sociale est de prime importance dans un pays rongé par le doute. Un récent sondage indique, en effet, que les Mauriciens n’ont pas le moral…  Raison de plus de saluer l’initiative citoyenne d’Aka, un homme de cœur, qui a décidé d’agir pour lutter contre le fléau de la drogue.
Ce soir, à 20h, il nous invite à découvrir cette initiative qui demande à être soutenue. La présence de toutes et tous signifiera que nous aurons décidé, à notre tour, de ne pas nous murer dans l’indifférence ou le découragement, car les jeunes de Maurice ont besoin de tels espaces de créativité et de bien-être. Il s’agit de construire une convivialité chaleureuse, pour mieux éprouver le plaisir de vivre sans les tentacules de la drogue. Personne ne contredira Aka, qui affirme que celles-ci ne cessent de s’étendre à toutes les couches de la société. Pour ma part, j’y serai. La Maison de la Sagesse de Fès-Grenade y sera aussi. On y reviendra…

31/08/2017