INNA DI CLUB : Clubbin’ style à la sauce locale

À 21 ans, Jeff Steeve Bonne dit JSB Morning Game (JSBMG) est un jeune de son temps qui se fraie son chemin dans le paysage musical. Il peut enfin tenir dans ses mains son deuxième album, intitulé Inna Di Club. Qui comprend neuf titres très clubbing, avec des collaborations locales mais également un featuring de haute facture avec la chanteuse martiniquaise Shannon, la petite protégée de Kalash.
JSBMG sait ce qu’il veut et il sait également que vouloir c’est pouvoir. Avec Inna Di Club, il signe son deuxième album, après Baby Love en 2016, duquel le titre BB Sa Lamour s’est démarqué dans le classement des hit-parades kreol pendant plusieurs mois.
Inna Di Club est un opus traitant des fléaux de la société. Le jeune homme raconte des événements qui se passent dans nou tizil. Un mélange de plusieurs styles avec des titres très clubbing qui ont comme vocation de faire bouger. JSBMG affirme que Inna Di Club est un album collectif. “Je fais de nombreux featurings avec des amis artistes comme Master Topher, Natty Killa, Nicolius ou encore Alex Artist & Devis-M.” Zorzette, single sorti l’année dernière et qui a figuré dans le classement du disque de l’année sur deux radios locales, fait partie de l’album. L’opus flirte avec le reggae sur le titre Pann Suffit, en featuring avec Natty Killa.
Le titre phare, Inna Di Club, enregistré avec Shannon, est l’une des fiertés du chanteur. “Je suis tombée sur une vidéo de Shannon et son style et sa voix m’ont tout de suite accroché.” JSBMG décide de tenter sa chance et contacte la jeune femme via Facebook pour lui proposer un duo. Suivie par des milliers de followers et soutenue par le chanteur Kalash, “Shannon est dans le Top 5 des meilleurs bad gyal dancehall en Martinique et son titre Do Da Bunx passe sur Trace TV”. Au début, la proposition de JSBMG n’intéresse pas la chanteuse. “J’ai tenté le tout pour le tout. Après quelques mois, elle a accepté de collaborer avec moi.”

Influencé par le rap.
JSBMG est un chanteur de son temps qui s’est “fait connaître à 15 ans auprès d’un petit public via les réseaux sociaux et quelques expositions à la radio”. Son style musical est clairement influencé par le rap. “On m’a même comparé à La Fouine à l’époque.” En effet, dans l’attitude, le style et la ressemblance physique, JSBMG suit les pas du rappeur français, son idole. “Tout comme lui, écrivant et chantant en français, j’exprime poétiquement mon vécu à travers mes chansons.” Au sujet de son histoire personnelle, il tient à préciser : “Mes origines sont floues car j’ai été adopté à la naissance. Je sais uniquement que j’ai un père d’origine arabe.”
Nourri par les années et l’expérience, le jeune homme se canalise vers d’autres styles à la Mighty Ki La, Kalash, Alonz, kaaris, MHD, Pompis ou encore Kaf Malbar. Afin de mieux se fondre dans la masse, Jeff Bonhomme change son fusil d’épaule et commence à écrire et chanter en kreol. Il se passionne aussi pour le ragga dancehall.
Son ambition est de faire vibrer avec sa musique, au-delà des frontières de Maurice. Il estime que la musique est avant tout un partage culturel. Il souhaite aussi retrouver son premier amour, chanter en français et toucher un maximum de gens.