Lors de l’inauguration de la ferme photovoltaïque du complexe Flacq Coeur de Ville le 17 décembre dernier, le CEO de la Société du Cépage, Pascal Tsin, l’a dit : le but était de faire de ce nouveau complexe commercial de Flacq, grâce à des technologies et des matériaux innovants installés au coût de Rs 215 millions, un exemple de développement durable sur le plan local, national, régional et, même, international pour un petit État insulaire en développement comme Maurice. En clair, l’objectif était de réduire leur empreinte carbone, cause du changement climatique.
« Dans un souci de protection de l’environnement et pour participer à l’effort national d’une île Maurice durable, et dans le cadre de son projet de construction d’un centre commercial à Flacq, la Société du Cépage a pris la décision d’investir dans des solutions vertes et de faire de ce nouveau complexe un exemple de développement durable ! » a d’emblée affirmé le CEO Pascal Tsin lors de l’inauguration de la ferme photovoltaïque du complexe Flacq Coeur de Ville le 17 décembre dernier. « Nous avions comme principaux objectifs l’économie d’énergie, la réduction de notre facture d’électricité et une gestion intelligente de l’eau, donc une réduction de notre empreinte carbone (voir encadré) », a ajouté le CEO.
La première étape pour économiser de l’énergie, a poursuivi Pascal Tsin, a été la construction d’une toiture isolée pour réduire la pénétration de la chaleur du soleil et ainsi économiser sur la consommation d’électricité pour la climatisation. « Cette toiture isolée, d’une superficie de 9 672 m2, représente une économie de l’ordre de 1 000 KW/h en puissance de climatisation, soit environ 300 KW/h de puissance électrique au plus fort de l’été, et donc moins de 30 % par rapport aux constructions traditionnelles, et ce grâce aux matériaux innovants utilisés », a-t-il dit.
La deuxième mesure phare appliquée pour économiser l’énergie au complexe Flacq Coeur de Ville, ajoute le CEO, a été l’installation d’une centrale photovoltaïque composée de 4 584 panneaux, représentant une puissance de 1, 146 MegaWatt Crête (MWc, soit l’unité de mesure de la puissance d’une installation photovoltaïque par unité de temps), et qui permet au centre de produire 1 719 MW/h par an. « On estime que cette puissance crête serait atteinte sur une moyenne annuelle de 1 750 heures d’ensoleillement procurant une économie de 2 023 000 KW/h. Cette solution permet d’éviter l’émission de 1 203 tonnes de CO2 chaque année », a précisé Pascal Tsin.
Flacq Coeur de Ville dispose également de deux systèmes de stockage d’énergie venant en support au central photovoltaïque et au Central Electricity Board, explique encore notre interlocuteur. En effet, les 32 batteries Plomb-Gel offrent une autonomie 24/24h et 7/7 jours à l’administration du complexe (ordinateurs, caisses et points lumineux). « La solution CRISPOPIA, d’une capacité de stockage froid de 3 300 KW/h, représente l’effacement de 2 X 190 KW électriques de 18h et 22h, soit durant le pic de consommation national. Flacq Coeur de Ville est par conséquent un support indéniable au réseau du CEB », lance-t-il.
En outre, indique encore Pascal Tsin, le souci de l’efficacité énergétique a été au coeur de la conception du complexe Flacq Coeur de Ville. Les bâtiments efficaces d’un point de vue énergétique sont conçus pour utiliser le moins d’énergie possible et réduire par conséquent les émissions de gaz à effet de serre. Les bâtiments peuvent être rendus efficaces d’un point de vue énergétique en utilisant des matériaux de construction et d’isolation de qualité, qui aident à empêcher les pertes de chaleur et à assurer l’étanchéité des bâtiments.
Ainsi, à Flacq Coeur de Ville, des matériaux moins énergivore (compresseurs et armoires réfrigérés de dernière génération) sont utilisés. « Le système de climatisation (avec stockage de froid agissant comme un accumulateur d’énergie, conservant l’énergie frigorifique au fil de l’ensoleillement et la restituant la nuit) apporte une économie annuelle d’au moins 25 % sur la consommation d’électricité », s’enthousiasme Pascal Tsin.
En outre, l’ensemble des points lumineux est équipé de la dernière technologie de LED et engendre ainsi une économie de 50 % d’énergie. « Avec l’ensemble des mesures vertes implantées, l’économie annuelle globale sur la consommation électrique est estimée à 5, 7 millions de KW/h, ce qui représente presque 4 000 tonnes de CO2 non produite ! », poursuit le CEO.
En ce qu’il s’agit de la gestion « intelligente » de l’eau, un système de récupération d’eau de pluie intégrée à la toiture alimente les toilettes, le système anti-incendie et la végétation du complexe commercial.
En outre, Flacq Coeur de Ville comprend sa propre station de traitement des eaux usées. D’une capacité de 75 mètres cubes par jour, le système alimente également les toilettes, le système anti-incendie et la végétation. Selon Pascal Tsin, les dispositions prises permettent ainsi à Flacq Coeur de Ville d’économiser 27 375 m3 d’eau annuellement. « C’est un soulagement appréciable sur le réseau de distribution de la Central Water Authority (CWA) », a-t-il commenté.
Le CEO a ensuite divulgué le coût de ce « surinvestissement vert », soit Rs 215 millions. Et de plaider pour « un changement de paradigme » dans le développement à Maurice. « Les menaces du dérèglement climatique qui pèsent sur nous ne sont plus à prouver : réchauffement global, fontes des glaces, épuisement des ressources, perte de la biodiversité, déforestation, désertification, déplacements des populations… Il s’agit de s’inscrire désormais dans la politique globale de la lutte contre le changement climatique. On ne peut plus faire du “business as usual” », termine-t-il.