INONDATIONS AU CAUDAN : Déblaiements d’urgence à ruisseau du Pouce

Important déploiement des forces de l’ordre dotées d’équipements d’intervention à travers l’île en prévision du retour des pluies torrentielles

Quatre jours après les débordements inhabituels sur le Port Louis Waterfront, avec une Jaguar appartenant à l’État et dans laquelle se trouvait la Parliamentary Private Secretary Prathiba Bholah, abîmée par l’eau, les autorités ont enfin pris ce matin la décision de s’attaquer à la source du problème. Depuis ce matin une pelleteuse a été mobilisée en vue de déblayer d’urgence le lit du Ruisseau du Pouce à quelques encablures du front de mer inondé mercredi dernier. D’autre part, avec les prévisions établies par la Météo au sujet de la présence de bandes nuageuses actives, susceptibles de déboucher sur de nouvelles averses en cours d’après-midi, le National Disaster and Operations Coordination Centre (NDOCC) s’est réuni ce matin au Casernes centrales sous la présidence du Deputy Commissioner of Police Bhojoo, pour superviser le déploiement des forces de l’ordre à travers l’île en vue de parer à toute éventualité.
Les travaux de déblaiements d’urgence en cours ce matin dans le lit du Ruisseau du Pouce à l’arrière de Rogers House et sur le tracé de la troisième voie sur La Nationale juste avant le Caudan Waterfront sont venus donner raison à Week-End, qui dans son édition d’hier, avait soutenu que la principale cause des inondations sur le front de mer, mercredi dernier, était que ce cours d’eau avait été complètement obstrué pour faciliter les travaux de construction d’élargissement de l’autoroute à cet endroit.
Depuis ce matin, une pelleteuse mécanique est en opération en vue de dégager le Ruisseau du Pouce, à quelques mètres de l’estuaire avec le port, des monticules de terre et des gravats entassés d’un côté de ce cours d’eau jusqu’à l’autre sauf pour quatre conduits temporaires avec une capacité d’évacuation d’eau nettement réduite. Jusqu’à hier, le ministère de l’Infrastructure publique ou encore les ingénieurs de la Road Development Authority, supervisant l’exécution des travaux d’infrastructure routière, avaient joué aux abonnés absents quant à ce problème ponctuel, mais grave, d’accumulation anormale d’eau sur le front de mer avec des conséquences sur la fluidité du trafic routier à ce point névralgique de la capitale.
Ces travaux sont exécutés d’urgence car les risques d’une répétition de mercredi matin existent avec la station météo anticipant des pluies torrentielles compte tenu de la présence de bandes actives dans la région pour les prochaines 24 heures.
Dans cette même perspective, le National Disaster and Operations Coordination Centre s’est réuni ce matin et a mis en œuvre un plan d’interventions dans différentes régions de l’île. Des équipes de la Special Mobile Force avec des équipements, dont des Loadalls, ont été postées à Piton, aux Casernes centrales, Amaury, L’Amitié et sont en Stand-by à Vacoas et au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport.
Des escouades de la Special Supporting Unit, de la National Coast Guard, de la Police Helicopter Squadron, et des sapeurs-pompiers sont placées également en état d’alerte. A ce matin, les zones à risques étaient le Nord, plus particulièrement, D’Epinay, Amitié, Amaury, Belle-Vue Maurel, Gokhoolah et Terre-Rouge.

Commentaires

Was Mahe de Labourdonnais so stupid to build all this canal from the mountain in port louis to the sea...... Mauritian nowadays are so clever, they just cover these canal or close it completely to get more space..... now see what happen when there is flood around the country.... mauritians so stupid

Tu aurais donner ton avis avant, olieu de traiter les mauricien d'imbecile, si tu es pas content, y'a quelque chose qui s'appel un avion, tu peut prendre un billet et aller voir ailleur si c'est meilleure.

As we said in creole, " Apres la mort latisanne"

Bizin apel sa comiter la "POST-DISASTER COMMITTEE"