François Guibert : « L’intelligence artifi cielle fera bel et bien partie de la vie de tous les jours des Mauriciens »

L’Economic Development Board (EDB) a conclu un partenariat stratégique avec Huawei Technologies (Mauritius) Co Ltd pour le développement de l’intelligence artificielle et de la technologie “blockchain” à Maurice. Un protocole de coopération (Memorandum of Understanding) à cet effet a été signé cette semaine pendant la tenue du World AI Show et du World Blockchain Summit à l’hôtel InterContinental, à Balaclava.

L’EDB explique dans un communiqué officiel que cette collaboration fait partie des initiatives stratégiques visant à faire émerger de nouveaux vecteurs de croissance économique, notamment autour de l’intelligence artificielle, tout en mettant l’accent sur la création d’emplois dans les secteurs à haute valeur ajoutée, le transfert de technologie et l’entrepreneuriat. « Ce sommet ainsi que la signature de ce MoU avec Huawei viennent marquer les prémices de l’intelligence artificielle à Maurice. Le développement économique futur du pays repose sur une adoption plus large et plus importante des outils que nous offrent les nouvelles technologies. L’intelligence artificielle fera bel et bien partie de la vie de tous les jours des Mauriciens. Par exemple, les gens qui sont dans le secteur agricole, dans le textile, dans la gestion énergétique, ou encore dans le domaine médical, la biotechnologie et la FinTech pourront s’y appuyer pour non seulement rationaliser leurs coûts, mais aussi améliorer les processus de production et la compétitivité », déclare François Guibert, CEO de l’EDB.

La signature de ce protocole d’accord, souligne l’institution, « constitue une étape importante pour la mise en place de projets communs entre les deux organisations, notamment la tenue d’ateliers, de séminaires, de formations, l’organisation d’activités entrepreneuriales, tout en assurant la recherche et le développement, et en garantissant que les compétences et les emplois sont en adéquation dans le secteur des TIC ». Le MoU, précise-t-on, s’articule autour de quatre composantes clés, à savoir le renforcement des capacités, le développement des infrastructures, l’élaboration de stratégies pour la croissance future du secteur des TIC ainsi que l’essor de l’intelligence artificielle et de la “blockchain”, le tout visant à libérer tout le potentiel du secteur de l’information, de la communication et de la technologie à Maurice.