C’est avec grand étonnement qu’une vingtaine d’employés d’Island Fertilizers Ltd ont appris que la compagnie mettra la clef sous le paillasson à la fin du mois de décembre, dans une lettre datée du 23 octobre 2015. Ce qui les surprend est que, selon eux, cette compagnie ne serait pas en faillite. Les employés disent craindre pour leur avenir et soutiennent que leur employeur a enfreint l’Employment Rights Act pour licenciement injustifié.
Ces employés de l’usine, spécialisée dans la production d’engrais chimique, seront sans emploi à partir du 1er janvier 2016. « Sa mem nou kado lane ? Nounn fer tou pou lizinn ek get nou rekonpans aster. Lane prosenn nou pe vinn somer alor ki lizinn-la pe prospere, pa pe fer fayit. Kapav dir li istorik ki enn konpani ferme ek lisansie so bann anploye enn 31 desam », soutient l’un d’eux. Le syndicaliste Serge Jauffret s’insurge contre les agissements de l’employeur et soutient que les employés affectés par cette imminente fermeture n’ont reçu aucune compensation et le boni de fin d’année ne leur a pas été payé depuis deux ans. « Enn mwa avan lanons fermtir, Island Fertilizers ti pe diskit enn fizion ek MCFI (NDLR : Mauritius Chemical & Fertilizer Industry Ltd) pou ki de group kapav merge pou lantrepriz onor so bann langazman ek pou ki prodiksion vinn pli performan. Aster bann anploye aprann ki Island Fertilizers Ltd pe ferme », déclare Serge Jauffret.
Selon les employés, la compagnie n’aurait pas respecté ses engagements envers eux, car ils n’ont pas eu de préavis de trois mois, comme stipulé par la loi. Ces derniers se révoltent aussi, car ils n’ont pas reçu de boni de fin d’année pendant des années et ils ont dû travailler sans uniforme pendant deux ans. « Zot pe kokin travayer. Ti dimounn pe pey po kase », soutiennent-ils. Les employés ont eu une rencontre avec le ministre du Travail durant laquelle ils ont proposé de recevoir deux mois de salaire par année de service, un réajustement du calcul pour le boni de fin d’année et un taux de compensation raisonnable à tous les employés. Ces derniers disent désormais attendre la réaction de l’employeur pour décider de la marche à suivre. Serge Jauffret a demandé par ailleurs à ce que le ministère du Travail fasse une enquête approfondie sur la fermeture de l’usine « parski li enn konpani ki pe fer profi me ki pe dir ki li pe ferme lor enn baz ekonomik ».