La connaissance scientifique de la présidente de la République en partance, Ameenah Gurib-Fakim, est toujours appréciée par le vice-Premier ministre et ministre de l’Énergie, Ivan Collendavelloo.
« La présidente aurait été d’un grand secours dans ce genre de discours », a-t-il simple- ment déclaré ce matin lors de l’ouverture d’un atelier de travail sur l’élaboration du nouveau plan stratégique de coopération régionale de l’African Regional Cooperative Agreement for Research, Development and Training Related to Nuclear Science and Technology (AFRA) à une question du Mauricien. Ne voulant répondre à d’autres questions sur la présidente, il a préféré évoquer la finalisation d’une nouvelle loi

sur la sécurité s’agissant du nucléaire.  « Nous avons enregistré une évolution dans la technologie au niveau international, mais principalement sur les normes de sécurité. Nous utilisons le nucléaire dans plu- sieurs domaines d’interventions mais nous n’avons pas mis à jour notre loi pour qu’elle soit aux normes internationales », dit-il.

Le nouveau projet de loi, qui sera présenté d’ici juillet, devra s’aligner avec les nouvelles conventions de l’International Atomic Energy Agency (IAEA), organisme se chargeant du dossier nucléaire dans le monde. S’il n’existe pas de bombe nucléaire à Maurice, il avance que Maurice fait usage des facilités nucléaires « pacifiquement ».