Le bilan du tremblement de terre survenu lundi à l’heure de pointe matinale dans la région d’Osaka au Japon s’est alourdi, atteignant cinq morts et quelque 370 blessés, ont annoncé mardi les autorités.

La cinquième victime est un homme de 66 ans dont le corps a été retrouvé mardi sous des livres et des CD chez lui, a indiqué un porte-parole du gouvernement local.

Lundi, trois décès, dont celui d’une fillette de neuf ans, avaient été déplorés après ce séisme de magnitude 5,3.

L’enfant avait été tuée alors qu’elle se rendait en classe, prise au piège par un mur d’école dont la moitié supérieure s’est effondrée sur son chemin dans la ville de Takatsuki, au nord d’Osaka. Les deux autres personnes étaient un homme de 80 ans, lui aussi heurté par un mur, et un homme de 84 ans bloqué sous une bibliothèque chez lui.

La quatrième victime est une femme de 81 ans tuée par la chute d’une commode à son domicile, ont précisé dans un communiqué les services chargés des situations d’urgence.

« Le gouvernement va maintenir ses efforts de sauvetage », a déclaré le porte-parole du gouvernement Yoshihide Suga à la presse, précisant néanmoins qu’aucune disparition n’avait été signalée. Les autorités feront « tout leur possible » pour rétablir le gaz et l’eau courante dans les foyers encore affectés par des coupures.

L’Agence de météorologie a mis en garde contre de fortes pluies prévues à Osaka mardi et mercredi, qui pourraient déclencher des glissements de terrain dans les zones fragilisées par les secousses. M. Suga a également appelé les habitants à la vigilance.

L’Agence précise que la région pourrait subir 50 millimètres de précipitations d’ici mercredi matin et jusqu’à 100 mm dans les 24 heures suivantes.

« D’habitude nous n’émettons pas d’avertissement pour de tels niveaux de précipitation mais après le séisme, celles-ci pourraient provoquer des glissements de terrain, des inondations et faire gonfler les cours d’eau », a déclaré à l’AFP Masakatsu Oya, un responsable de l’Agence.

Les autorités mettent en garde contre de fortes secousses secondaires dans la semaine qui vient et en particulier dans les deux à trois prochains jours.

Le ministère de l’Education a précisé à l’AFP qu’il allait donner l’ordre aux administrations régionales chargées des établissements scolaires d’inspecter les bâtiments, à la suite de la mort de la fillette de neuf ans. Plus de 500 écoles primaires et secondaires de la région d’Osaka et de quatre autres préfectures ont subi des dégâts, vitres brisées, chutes de parties de plafonds, a précisé à l’AFP un responsable du ministère.