JARDIN : Plantations sur le toit

Pour ceux qui n’ont pas de place dans la cour ou leur arrière-cour pour jardiner, le toit de la maison peut se révéler un espace privilégié. En plate-bande ou en conteneur, vos plantations peuvent très bien se comporter si des précautions d’usage sont prises. Corine Moloye, agent de vulgarisation au département Information du Food and Agricultural Research and Extension Institute (FAREI) du ministère de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire, partage avec nos lecteurs des astuces pour planter des arbres fruitiers, des légumes ou des aromates sur le toit.
Les conditions
Pour pouvoir planter sur vos toits, certaines conditions sont requises. Il faut d’abord vous assurer que votre toit est plat, solide et qu’il y a suffisamment de place. “Le toit doit pouvoir supporter le poids des conteneurs, si vous choisissez cette technique. Il doit aussi pouvoir supporter le poids de la terre et celui de la personne qui va s’occuper de la plantation”, prévient Corine Moloye. Assurez-vous qu’il n’y a pas de fil électrique trop près de votre plantation.

Plates-bandes
Sur un toit, vous pouvez choisir de planter en plates-bandes. Il s’agit d’une technique qui consiste à créer la plantation directement sur le béton ou presque. Ce type de plantation se prête aux cultures à racines superficielles (qui ne s’enfouissent pas beaucoup dans le sol) comme le thym, la menthe, le persil, la coriandre ou la laitue.
Vous devez d’abord placer une membrane étanche sur le béton. Très important : il vaut mieux placer cette plate-bande sur le bim, la partie très solide du toit, et l’entourer d’une rangée de briques pour la protéger du vent. “Une feuille de plastique épaisse d’environ un mètre fera l’affaire.” Par-dessus, il faudra placer des graviers ou des cailloux sur une épaisseur de 3 à 6 cm; cela servira au drainage. Sur cette couche viendra se déposer le substrat dans lequel vos plantes grandiront. “Vous pouvez choisir entre un mélange de terre et de terreau ou un mélange de terre et de compost. La couche devra tourner autour de 15 à 20 cm, mais pas plus haut, car le substrat risquerait de s’envoler avec le vent.”
Corine Moloye recommande de lancer un tissu en étamine entre la couche de graviers et la terre. Cela aidera à filtrer la terre pour que les fines particules ne descendent pas et bouchent les drains.

Conteneurs
Si les plates-bandes sont intéressantes pour une plantation sur le toit, elles ne peuvent cependant pas être déplacées en cas d’intempéries. Vous pouvez donc choisir de planter dans des conteneurs. “Ils peuvent facilement être déplacés et on peut renouveler la terre facilement.” Le tout est de choisir le type de conteneur, en fonction de la place que vous avez et des plantes que vous voulez exploiter. “On recommande des conteneurs en plastique; ils sont plus légers. Il faut penser au drainage de l’eau : si l’eau ne part pas, elle risque de pourrir les racines. Pour un conteneur d’une capacité de six galons, il vous faut au moins quatre trous de 1,5 cm de diamètre.”
Pour le reste, il faut adopter les mêmes principes que pour les plates-bandes, avec une couche de gravier et une autre de terre. Corine Moloye recommande de placer les grands conteneurs en bordure vers l’extérieur afin de protéger les plus petits du vent.

Mise en terre
Que ce soit pour les plates-bandes ou les conteneurs, les mêmes principes s’appliquent en ce qu’il s’agit de la mise en terre. Si vous choisissez d’utiliser des semences, il faut fouiller un petit trou et enfoncer la graine en question à une profondeur de deux fois sa taille. “Pour les plantules, il faut un trou un peu plus large. Assurez-vous que la plantule a au minimum trois feuilles avant de la mettre en terre.” Il faut ensuite arroser vos plantations.

Entretien
Faites en sorte d’avoir un moyen d’arrosage qui ne nécessite pas que vous ayez à transporter de l’eau sur le toit. “Le placement d’un robinet peut s’avérer nécessaire, ou vous pouvez procéder au captage d’eau de pluie.” Dans tous les cas, il faut procéder à un arrosage régulier, le matin de préférence; le soir, la plante n’en a pas beaucoup besoin pour les besoins de la photosynthèse. “Garder la terre humide est une nécessité sur le toit pour éviter qu’elle ne s’envole.” Très important également, la fertilisation. “Privilégiez un fertilisant bio que vous trouvez sur le marché.” Quant aux mauvaises herbes, il faut les enlever dès leur apparition. “Les mauvaises herbes sont en concurrence directe avec vos plants. N’hésitez pas à les éliminer.”
Corine Moloye conseille également de placer un paillage sur le substrat, notamment dans les grands conteneurs. “Le paillage empêche les mauvaises herbes de se former. Du gazon sec ou des feuilles de canne peuvent faire l’affaire.” Parmi les précautions à prendre, il faut éviter que les fruits ou les légumes soient en contact direct avec le béton, ce qui altérerait leur qualité. Un tuteur (morceau de bois) aidera la plante à aller vers le haut. Cela évitera que les récoltes ne touchent la dalle.

Avantages
Une plantation sur le toit comporte plusieurs avantages, selon Corine Moloye. “Tout d’abord, elle aidera à rafraîchir la maison car elle présentera une isolation thermique. Cela vous permettra de réduire votre consommation d’énergie.”