Après Don’t Tell Mama, c’est au tour de Hillbrow, l’autre star performer de la saison 2015 de l’entraîneur Jean-Michel Henry de se signaler. Bien qu’il donna l’impression de n’avoir pas encore atteint son meilleur niveau, l’alezan se chargea de faire le métier en démarrant sa nouvelle campagne sur une note victorieuse tout en relançant Peter Hall, qui effectuait son grand retour à la compétition après avoir purgé deux semaines de suspension.
Back with a bang, serait-on tenté de dire pour le jockey de l’entraînement J.M Henry qui n’a point commis d’erreur sur Hillbrow, le grand favori de The Shrimati Indira Gandhi Cup. Au-delà de sa joie de retrouver le box des vainqueurs, c’est surtout l’enthousiasme général entourant sa monture qui a surpris l’Australien. « Hillbrow is a very popular horse in Mauritius and I was very happy I could lead him to another win. Even if he was the favorite, a lot of people were chanting his name all around and it was such a nice feeling to win this race for his fans ».
Bien qu’il démarra sa saison victorieusement samedi dernier, force est de constater que Hillbrow paraîssait moins en verve que d’habitudes mais son cavalier est d’avis qu’il ne faut pas trop lui en demander surtout que sa préparation avait été quelque peu perturbée après de légers soucis à la bouche. « I knew the horse was good but I did not really know what to expect. As per the instructions, we could have lead or sat second but since he was having his first run I did not want to use him too much right from the start. The pace was on straight away and the main thing was to keep him out of trouble as I knew he would be too good for his opponents ».
« Ok relax boy, job done »
On remarqua toutefois que Hall ne demanda que l’essentiel à son cheval dans l’emballage final. « Well, I did not want to punish him to the winning post because it was his first run after a long time. I looked both sides and saw nobody coming so I told him : Ok relax boy, job done », nous a-t-il expliqué. Avec ce nouveau succès, Hillbrow porte son compteur à cinq réalisations sur notre turf et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’alezan a marqué les esprits lors de chacune de ses tentatives, de quoi donner des idées à son entourage pour nourrir des ambitions plus prestigieuses lors de ses futurs engagements.
La candidature d’Always Flirting sur 1650m avait fait sourciller bien des regards à la parution du programme officiel, surtout si l’on considère que le gris s’était surtout illustré sur le sprint jusqu’ici. Ce sujet de Maakarem fut cependant loin d’être ridicule puisqu’il s’adjugea le dernier accessit de l’épreuve, mais il semblerait qu’on attendait bien plus de sa part. « I thought Always Flirting would have done better, he’s not far away in my opinion. I don’t think the distance was a worry, he just needed things to go his way. A shorter distance would have maybe been better but we were still confident he could run the mile. He fought on strong but it was a very good performance from the winner (NDLR : Bandido Caballero) who had an exceptional finishing burst », nous a confié Peter Hall à son sujet.
L’entraîneur Jean-Michel Henry présentait pour la deuxième année consécutive un partant dans la Duchesse. Après Hillbrow en 2015, il revint à Assegai de défendre les couleurs de son entraînement. Face à des adversaires du gabarit de Scotsnog, Night In Seattle ou même Bold Inspiration, la tâche de ce 4-time winner en Afrique du Sud paraîssait compliquée, surtout du fait qu’il s’était surtout illustré dans les épreuves de moyennes distances. Avant-dernier de l’épreuve, Assegai n’aura pas montré grand-chose mais Hall s’attend qu’il progresse rapidement après ce premier engagement. « Assegai needs further distance. He gave me a good feeling in the big race but everyone was travelling nice till the corner in that race so I think everyone will be happy with the way their horses ran ».