Jessika Rosun garde le sourire malgré le tumultueux épisode Teeroovengadum

Depuis que le Club Maurice a déposé ses valises au village des Jeux, le nom de Jessika Rosun est sur toutes les lèvres, non seulement à Gold Coast, mais aussi à Maurice et dans le monde. Pour cause, la lanceuse s’est retrouvée au centre d’un scandale qui a frappé l’équipe de Maurice depuis le dimanche 1er avril, avec ses allégations d’attouchements dont elle aurait été victime et qui ont conduit à ce que le chef de mission, Kaysee Teeroovengadum, soit écarté de l’équipe de Maurice, après que cette affaire a été portée à la police de Gold Coast. L’affaire est appelée le 17 prochain devant la cour de justice de Southport.

Mais hier, c’était l’heure de la compétition pour Jessika Rosun qui a, certes timidement, gardé son sourire légendaire en dépit de ces circonstances pour le moins difficiles. « J’ai essayé d’utiliser toute cette négativité comme une force. J’ai vraiment essayé, mais c’était un peu difficile pour moi », confie la lanceuse au Mauricien dans la zone mixte.

À ce moment, sans doute ne savait-elle pas encore que ses 49,09m réussis hier soir au stade Carrara lui avaient ouvert grand les portes des Championnats d’Afrique, dont les minima sont de 48m. « Je ne suis pas déçue de ce résultat. Comme vous avez pu le voir, la compétition a été d’un très haut niveau », explique-t-elle. Si à son premier lancer la Mauricienne a réussi un jet de 48,85m, par contre, l’Australienne Kathryn Mitchell réussissait, elle… 68,92m. Soit un nouveau record des Jeux et d’Australie.

Avec une telle performance, les dés étaient jetés et la compétition tuée dans l’œuf, car personne n’a pu rivaliser avec Kathryn Mitchell. Même si elle est loin de sa meilleure performance, Jessika Rosun avoue que « mon objectif est de me battre comme à chaque compétition à laquelle je participe. Cette fois, je me suis battue, mais ce n’était pas facile. Néanmoins, je décide ce résultat à mon entraîneur, à ma famille et à tous ceux qui n’ont soutenue dans cette épreuve. »

Cette dernière explique qu’elle s’accorde deux ou trois jours de repos avant de se relancer. « Une fois à Maurice, je dois retourner en Italie pour quelques compétitions et ensuite me préparer pour les Championnats d’Afrique », indique-t-elle.