Source : internet

Près de vingt-cinq ans après l’arrivée de la PlayStation de Sony, le monde de la manette se prépare, pour 2019, à un nouveau choc explosif : le passage au streaming.

Le jeu vidéo s’achemine-t-il vers une nouvelle guerre des mondes ? Alors que le flop commercial de la réalité virtuelle a ramené sur terre les Nostradamus du pixel, l’industrie se prépare à une nouvelle mutation majeure, le passage au streaming. Et cette fois, elle semble faire l’unanimité. « Aujourd’hui, la tendance n’est plus à la possession, mais à l’utilisation, souligne Thomas Grellier, directeur associé et cofondateur de l’Ecole de management des industries créatives (EMIC). La vidéo à la demande est déjà à l’abandon, la vidéo sur abonnement a pris le relais avec Netflix et OCS, pareil pour la musique avec Deezer et Spotify. Que le jeu vidéo s’y convertisse est tout sauf une surprise : c’est désormais le modèle dominant. » Or, les derniers historiques du secteur – Sony, Nintendo – risquent de devoir ferrailler avec des nouveaux venus surpuissants : les géants du Web.

Le site spécialisé Kotaku dévoilait, il y a quelques semaines, l’existence chez Google d’un projet de plate-forme de jeu vidéo en streaming. Amazon, le champion mondial du cloud, s’est lui aussi rapproché de cette industrie, depuis le rachat en 2014 de Twitch, son populaire service de diff usion de parties de jeux vidéo, qui s’est doublé fi n 2017 d’une boutique en ligne. Et courant novembre, Netflix, que l’on sait pourtant prudent, a ajouté à son catalogue Minecraft : Story Mode, son tout premier jeu vidéo en streaming, tandis qu’une adaptation de sa série phare Stranger Things sur le même modèle est dans les cartons. Cette guerre du contenu sera certainement le nerf de la guerre.

Chez Sony, on peut compter sur les studios Naughty Dog, Guerrila Games, Santa Monica ou encore Sucker Punch pour concevoir de solides exclusivités. Du côté de Microsoft, on a bien conscience qu’il faut remettre les jeux First-Party au coeur même de la stratégie globale. Sur cette génération, la Xbox One a peiné face à la concurrence. Alors Microsoft a sorti le grand jeu, ou plutôt le chéquier. Quatre studios ont ainsi été avalés par le constructeur américain cet été, dont Ninja Theory (DmC, Hellblade) et Playground Games (Forza Horizon).

Dans les prochains jours, c’est Obsidian (Fallout New Vegas, Pillars of Eternity) qui devrait rejoindre la famille Microsoft Studios. Pour l’anecdote, avant le lancement de la Xbox One, le constructeur avait commandé un RPG à Obsidian pour fi nalement l’annuler, ce qui a failli coûter la vie à ce studio (autrefois) indépendant.