À 35 ans, Jonathan Gabriel est champion de Maurice de Muay Thaï, un sport de combat thaïlandais. Il initie les gens à cet art martial à Pointe aux Canonniers. Sa devise : viser toujours plus haut, tout en aidant son prochain. Il espère participer au championnat du monde en Thaïlande, l’année prochaine.

Casques et gants, protège-dents et coudières sont les équipements de Jonathan Gabriel. Il pratique le Muay Thaï, un art martial originaire de Thaïlande. “C’est un sport complet et traditionnel. Il nécessite l’utilisation de plusieurs parties du corps. C’est un art martial qui demande beaucoup de rigueur.”

Au fil des combats et des entraînements, il a pris énormément de coups. “Ce sport peut être dangereux. C’est la raison pour laquelle il faut se protéger.” Avec le temps, il s’est endurci. “Il faut se renforcer les muscles. On ne peut pas que pratiquer le Muay Thaï sans faire des exercices. Il faut également suivre des entraînements rigoureux, manger et se reposer correctement.” Le champion de Maurice s’entraîne une fois par jour et deux fois lorsqu’il prend part à des compétitions. “C’est dur par moments. Je tiens bon.”

Une école de la vie.

Dans la vie, Jonathan Gabriel se dédie uniquement au Muay Thaï. Au Pointe Canonniers Muay Thaï Club, il initie ses élèves à la pratique de ce sport. “J’ai une soixante d’adhérents de tous âges. Les cours ont lieu tous les jours de la semaine, sauf en week-end.” L’école est ouverte depuis janvier 2017. Le kru (instructeur) délaisse quelquefois ses gants de boxe pour apprendre à ses élèves le savoir-vivre. “Mon école de Muay Thaï n’est pas seulement une école où les gens viennent apprendre à pratiquer un sport, mais c’est aussi une école de la vie. Je leur explique le cheminement de la vie, comment bien se comporter à la maison, à l’école et dans la rue. Je veux avant tout qu’ils aient un bon équilibre mental”, confie l’ancien pompier.

“J’ai toujours voulu pratiquer le Muay Thaï. C’est Burty D’eau, mon kru, qui m’a initié à ce sport.” Il pratique le Muay Thaï depuis plus de deux ans. “J’ai fondé une famille Muay Thaï. Mes filles et mon épouse pratiquent également ce sport.” Son épouse compte participer à des compétitions l’année prochaine. Son plus beau souvenir dans ce sport, il l’a vécu au Maroc. “J’ai exercé plusieurs métiers dans ma vie. Aujourd’hui, ma passion me permet de vivre.”

Mieux se connaître.

Le Muay Thaï agit positivement sur le mental. Il lui permet de mieux se connaître et de combattre ses angoisses. Ce sport lui donne également l’occasion de décompresser. C’est un moyen pour s’aider à aller mieux et à vivre mieux.

Jonathan Gabriel est catégorique : le sport peut aider à se défaire des problèmes sociaux comme la drogue et l’alcool. “Beaucoup de jeunes de mon quartier sont tombés à cause de ses fléaux. J’ai évité le pire à plus d’un. Je leur ai fait comprendre que la vie qu’ils mènent ne les conduira nulle part. Le danger et la mort les guettent.”

Respecté au sein de son village, Jonathan Gabriel fait partie de ceux qui veulent du changement. Il soutient son entourage. Le sport lui a permis d’établir de bonnes relations avec des personnes issues de milieux différents. “Qu’ils soient jeunes ou vieux, ils m’écoutent. Mes paroles les touchent”, confie celui qui se prépare à participer au championnat du monde en Thaïlande, l’année prochaine. “C’est un rêve. Je souhaite également agrandir mon école et faire connaître cette discipline au plus grand nombre.”


Bio express

Situation familiale : Marié et père de deux filles.

Profession : Coach de Muay Thaï.

Âge : 35 ans.

Plus grande frayeur : Les araignées.

Plat préféré : Sauté d’ourites, accompagné de riz, de haricots rouges et de chatini.

Film préféré : Bloodsport.

Chanteur préféré : Ziakazom.


Parcours

2017 : Jonathan Gabriel devient champion de Maurice. La même année, il décroche la quatrième place aux championnats d’Afrique, qui se déroulent au Maroc. Il est deuxième à La Nuit de Muay Thaï à La Réunion.


Le Muay Thaï

Muay Thaï est le nom donné à la boxe thaïlandaise. Il est très répandu en Asie et commence à être connu ailleurs. C’est un art martial pieds points, connu pour être la boxe la plus complète, car toutes les parties du corps sont utilisées pour frapper l’adversaire. Tandis que la boxe anglaise utilise les poings et la boxe française les pieds et les poings, le Mua Thaï utilise les poings, les pieds, les coudes et les genoux.

Cette discipline tire son origine des pratiques martiales ancestrales, notamment le Muay Boran, un style de boxe comprenant différents styles souples et durs de combats traditionnels thaïlandais, et le Krabi Krabong, un art martial basé sur les armes.

Les règles du Muay Thaï sont simples. Il suffit de mettre son adversaire hors d’état de combattre. Les matchs se disputent en cinq reprises de trois minutes. Il y a deux minutes de repos entre chaque round. Le pratiquant doit porter un short, des gants, des bandages, des coudières, un protège-dents et coquille, un casque de protection.