Dans quelques semaines, Joshila Dhaby se rendra à Copenhague avec ses bombes dans le cadre du Meeting of Styles. Cette manifestation est un des plus grands festivals de graffitis du monde. Street artist dont la création habille la capsule temporelle de Moris Dime, Joshila Dhaby est une autodidacte de 36 ans qui brille de mille couleurs.
Onze heures, l’heure convenue pour rencontrer la jeune femme au café avant que les clients habituels déboulent pour déjeuner. “À l’approche de la célébration de l’indépendance des États-Unis, le 4 juillet, je suis débordée”, dit l’assistante du protocole à l’ambassade US de Maurice. Elle nous raconte avec enthousiasme son penchant pour l’art, en saupoudrant sa conversation de mots d’anglais. “J’ai commencé par l’aquarelle. J’ai voulu par la suite expérimenter autre chose, comme laquer des surfaces plus grandes.” Elle voulait que ses oeuvres soient accessibles au public et s’est ainsi tournée vers le street art.