« Lutter ensemble c’est possible ». C’est le thème de la journée mondiale du cancer du 4 février cette année. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), « la région africaine est confrontée à un défi majeur car d’ici à 2030, l’Afrique aura 1,6 M de nouveaux cas de cancer qui tueront 1,2 million de personnes. Maurice n’échappe pas à la règle : 1 500 nouveaux cas de cancer sont répertoriés chaque année dans l’île. À l’heure actuelle, la mortalité à Maurice est de 13,8 % pour le cancer du colon-rectum, 9,9 % pour celui du poumon, 9 % pour celui de la prostate et 7,8 % pour ceux de la bouche et de la gorge », selon le Registre National du Cancer. 40 % des cancers chez la femme mauricienne sont celui du sein et 10 % celui du col de l’utérus dont l’incidence a diminué après des campagnes de dépistage. Si le cancer du colon et celui du sein sont en hausse, le cancer du col de l’utérus et celui de l’estomac sont en revanche en baisse.
L’obésité, la sédentarité, le manque d’exercice, le tabac et le vieillissement de la population sont des facteurs de risque de la maladie. Une communication du bureau port-louisien de l’OMS souligne qu’« il est possible de prévenir un tiers des cas de cancer ». Le bureau régional de l’OMS pour la région Afrique indique par ailleurs que la prévention est une stratégie à long terme.
Les scientifiques mauriciens et étrangers, qui étaient présents au congrès annuel de l’International Association of Cancer Registries l’année dernière à Maurice, ont indiqué que le dépistage précoce est indispensable vu que les ressources des pays en voie de développement sont limitées. Ils ont insisté sur le fait que les chances de guérison sont plus grandes si la tumeur est de moins de deux centimètres. Le ministère de la Santé a pour sa part mis en place un National Control Cancer Program 2011-15, dont l’objectif est de réduire l’incidence de tous les types de cancer chez les Mauriciens. Il y a des facteurs du cancer qui sont évitables grâce à un mode de vie sain, notamment pas de tabagisme ni d’excès de boissons alcoolisés, pas de manque d’exercices, une bonne alimentation, et en évitant l’exposition à des produits chimiques nocifs, comme les pesticides et l’amiante, et aux rayons ultraviolets.