Dans la chanson Zoli, Jeff Steeve Labonne, dit JSB Morning Game (JSBMG), exprime poétiquement son vécu. C’est un morceau qui marche fort, qui est diffusé copieusement sur les ondes de certaines radios, et qui a obtenu des milliers de vues sur YouTube. Le jeune chanteur déterminé de 24 ans est enfin en mesure de conquérir les cœurs, avec son Zoli petit séga. Rencontre.

“Zoli zoli, vremem ou zoli. Madam madam madam, ou reyonn mo lavi. Zoli zoli zoli, sa vremem li zoli. Madam madam madam, ou amenn lazwa dan mo leker.” Zoli de JSB Morning Game (ft. Madii), de l’album La Vie Labyrinthe, est une chanson au refrain accrocheur pour faire chavirer les cœurs. Après une annonce auprès de ses fans sur Facebook, s’ensuit une collaboration avec Madii. En juillet, JSBMG publie un extrait acoustique sur YouTube. Face à l’accueil positif, la chanson sort officiellement en octobre. “Dans le processus de création de mon album La Vie Labyrinthe, j’ai écrit plusieurs morceaux. Le public a été très réceptif à la chanson Zoli et l’a plébiscitée”.

Histoires d’amour positives.

Scope avait rencontré JSB Morning Game en 2017 à l’occasion de la sortie de Inna Di Club. Un album qui s’inscrivait dans un registre clubbing. C’est avec la même niaque de réussir que ce jeune, qui confie que “vouloir c’est pouvoir”, abordait à l’époque ses projets. Depuis l’âge de 15 ans, il essaie de se frayer un chemin dans le circuit musical. Sur les réseaux sociaux, il trouve un public et fait quelques émissions à la radio. Une popularité qui grandit en 2016, avec la chanson BB Sa Lamour, issue de son premier album, Baby Love, et qui figure dans le classement du Hit-Parade Kreol pendant plusieurs mois. Il s’associe également à des amis dans le circuit musical pour le remix dancehall Pedale Velo.
Les premières amours musicales du jeune homme sont les chansons de rap français, dans le style de son idole, La Fouine, dont il suit l’attitude, le style et le physique. Mais ses pas se sont quelque peu éloignés de ce registre. Sur ses nouveaux projets, il confirme son goût et son talent pour le séga. “Je me sens beaucoup plus à l’aise dans le dancehall et le rap, comme j’aime expérimenter tous les styles. C’était une suite logique.”
En plus de BB Sa Lamour, le jeune homme signe aussi plusieurs autres chansons love, dont Vitamin S et Pann Suffit.

Sollicité de toutes parts pour interpréter son tube, JSBMG est aux anges. “Sa fer leker kontan.” Pour écrire Zoli, “je me suis inspiré de plusieurs phases de ma vie, de mon vécu et des histoires d’amour positives”.

Racines inconnues.

JSB Morning Game, c’est aussi un artiste qui prend sa force de son histoire et revendique ses racines inconnues. “Mes origines sont floues, car j’ai été adopté à la naissance. Je sais uniquement que j’ai un père d’origine arabe”, nous laissait-il entendre lors d’un précédent entretien. “En parler fait ma force. Beaucoup de jeunes qui ont été adoptés le vivent mal en l’apprenant. Mes parents adoptifs ne m’ont jamais rien caché sur ma vie.” Un vécu qu’il chante notamment dans le morceau To pa ti atan, qui parle de sa vie d’aujourd’hui, “car personne n’aurait pu espérer que je me retrouve là”.

Nous le rencontrons à Camp Tickfine, Vacoas. Sa famille et lui habitent une maison qui abrite également le siège social de Martha Senior Citizen, association de troisième âge fondée par sa mère, Rose Kistohury. “Nous sommes des personnes qui vivons simplement et humblement.” Malgré le buzz autour de lui, le jeune homme garde les pieds sur terre. “Ma famille m’a enseigné que ce n’est pas le succès qui fait le bonheur, mais les relations que nous entretenons avec les autres.”

Pour arriver à sa destination finale, “beaucoup de travail reste à faire”, confie celui qui rêve de se faire adopter par toute la population mauricienne. Au-delà de la scène locale, il rêve de toucher dans un proche futur le Zénith de Paris. L’interprète de Zoli est confiant qu’il atteindra un jour ses objectifs.