Une vive polémique a opposé l’avocat Antoine Domaingue au Senior puisne judge Eddy Balancy, le no. 2 du judiciaire, en pleine session publique de la Cour suprême, jeudi dernier. L’avocat Antoine Domaingue a, depuis, pris la décision de se retirer du barreau mauricien.
Me. Domaingue, jusqu’à tout récemment président de l’Ordre des avocats (le Bar Council) avant qu’il ne cédât ce poste à Me Raymond d’Unienville QC en ne se portant pas candidat, a adressée une lettre au Chef juge, M. Keshoe Parsad Matadeen, vendredi dernier, pour lui demander officiellement de rayer son nom de la liste des avocats en droit de pratiquer à Maurice à partir du 1er mai prochain. Il a précisé ne plus vouloir plaider comme avocat et opterait plutôt d’agir comme consultant légal.
Du coup, Me. Domaingue ne siègera plus sur le Council of Vocational and Legal Education, ni sur l’Institute of Judicial and Legal Studies. Il ne sera donc plus disponible non plus pour dispenser des cours et pour agir comme examinateur et correcteur auprès des étudiants en droit.
A l’origine de la polémique se trouve le retard du Senior puisne judge Eddy Balancy à l’ouverture d’un procès en demande de révision judiciaire intenté par la société Halkae Quadria Ishat Islam (gérante d’un collèg ) à la Private Secondary Schools Association (PSSA) dans lequel les services d’Antoine Domaingue avaient été retenus. 
Dans une déclaration consignée au procès-verbal de la Cour suprême, jeudi dernier « to set the record straight », le Senior puisné judge a fait ressortir, jeudi, que le jour de l’appel du procès for mention, le 22 mars dernier, il a eu à se rendre dans une clinique vers 9h15 pour un examen médical. Il a soutenu avoir envoyé un message à son secrétaire ainsi qu’à son sitter judge, Mme Devat, qui devait être sur le bench avec lui, pour informer les avocats des parties engagées qu’il sera en cour vers 11h15. Toutefois, l’examen médical ayant pris plus de temps que prévu, Eddy Balancy soutient aussi avoir prié son secrétaire d’avertir à nouveau les parties qu’il sera à son poste à 13h30. Mais, à son arrivée, il devait apprendre que Me. Domaingue s’est rendu auprès du Chef juge pour solliciter un renvoi du procès sans s’être d’abord référé à Mme Devat et, aussi pour affirmer que le procès n’aurait pu prendre une demi-heure. Une démarche qu’Eddy Balancy a qualifiée de « highly improper » dans sa déclaration. Le Senior puisne judge a dit avoir obtenu l’accord du Chef juge pour remettre les choses dans leur vrai contexte lors de la séance de la Cour suprême, le 24 mars. Me. Domaingue n’a visiblement pas accepté les critiques d’Eddy Balancy à son encontre. 
La polémique justifie-t-elle qu’Antoine Domaingue — que d’aucuns considèrent comme un excellent élément du barreau à l’instar de son mentor, feu Sir Gaëtan Duval — délaisse ainsi le prétoire pour ne se faire que consultant après tant d’années d’études ? Beaucoup de ses confrères trouvent sa réaction plutôt excessive. Mais il se pourrait que derrière sa brusque décision il y ait un malaise beaucoup plus profond entre lui et la Cour suprême.  
Selon nos renseignements, le Bar Council s’est réuni, vendredi après-midi pour discuter de l’affaire.