JUDO — APRÈS UNE ANNÉE DE GUERRE LARVÉE: La FMJ disposera d'un nouveau comité directeur le 29 avril

Tout laisse croire que la Fédération mauricienne de Judo retrouvera davantage la sérénité à travers des élections visant à mettre en place un nouveau comité directeur. En effet, dans un communiqué diffusé par la presse durant la semaine écoulée, on comprend que le caretaker committee présidé par Gérard Réquin a bouclé son travail et veut laisser les affaires du judo mauricien entre les mains d'une fédération élue selon les dispositions de la loi. Le samedi 29 avril sera le Jour J pour la grande famille du judo, qui aura à voter un nouveau comité directeur.
Dans le communiqué, le caretaker committee invite tous les clubs— qui sont enregistrés auprès du Registrar of Associations, qui sont (1) en règle avec les caisses de la fédération au 31 décembre 2016 et (2) qui ont participé aux compétitions de la fédération durant la saison 2016 — à participer à cet exercice de renouvellement de l'exécutif de la FMJ. Mais au préalable, une rencontre aura lieu vers le 26 mars avec tous les dirigeants de club, lors de laquelle toutes les informations relatives au processus d'élection seront détaillées.
Les réalités de la Sports Act 2016
Notons que selon la Sports Act 2016, pour pouvoir être candidat à une Assemblée générale élective d'une fédération, il faut (a) être d'abord et avant tout membre de l'exécutif du club que le candidat représente, (b) compter au moins sept licenciés, lesquels doivent avoir participé dans des compétitions durant la saison et (c) ne pas être engagé dans le coaching (entraîneur du club). Selon les informations de Week-End, plus d'une quinzaine de personnes sont inscrites sur cette liste. Cet exercice se veut être une planche de salut en vue de sauver une discipline qui patauge dans un marasme d'ingérence au profit de l'intérêt personnel depuis plus d'une année.
Beaucoup de tort et de mal ont été faits aux judokas, qui méritent désormais d'être au centre des préoccupations. Mais reste que de nouveaux conflits internes se profilent. La démarche en vue d'installer un ancien président des années 90 à la tête de la FMJ n'apparaît pas saine ou novatrice aux yeux de certains. Cette personne, avancent ces détracteurs, n'aurait pas beaucoup de temps à consacrer à ce sport en raison de ses engagements personnels, et aussi à cause de son passage jugé pas très glorieux à la tête de cette fédération.
Par ailleurs, dans un communiqué du service de presse de Stephan Toussaint, nous apprenons que le ministre a effectué une visite surprise au dojo de GRNO, jeudi après-midi. « Stephan Toussaint se dit concerné par les difficultés rencontrées par nos judokas. Il les a assurés de tout son aide dans leur préparation. Le ministre de la Jeunesse et des Sports a déploré l'état du dojo et les infrastructures délabrées de ce complexe sportif », peut-on lire dans le communiqué émis vendredi soir.
Interrogé par Week-End hier matin, le ministre des Sports n'a pas caché sa désapprobation concernant les conditions dans lesquelles les judokas qui préparent les Championnats d'Afrique s'entraînent. « On ne peut pas demander à des athlètes de nous ramener des médailles d'or mais en retour on ne met pas à leur disposition les conditions adéquates pour leurs entraînements. Mo pa kontan saki mo'nn trouve. Sa sitiasion-la pou bizin sanze », nous a indiqué le ministre au téléphone.
Stephan Toussaint affirme « prendre à cœur » la situation dans laquelle les judokas s'entraînent et a indiqué qu'il réglera dès lundi l'épineux problème de transport. Puis, il compte aussi voir comment rendre le dojo plus salubre. « Déjà l'atmosphère de cette infrastructure n'est pas évidente et j'ai tenu à dire aux athlètes que malgré leurs difficultés, ma porte leur est ouverte et que je suis de tout cœur avec eux. Nous allons essayer un à un de régler les problèmes », a confié Stephan Toussaint.
Espérons que ce ne sont des promesses de circonstance…