Décidément, le troisième Caretaker Committee mis en place par le ministère de la Jeunesse et des Sports — avec cette fois le soutien de la Fédération Internationale de Judo — a bien du mal à trouver un président. Ni François de Grivel, absent du pays pour encore deux semaines, ni Nuvin Proag, président désigné pour diriger les travaux de ce comité en l’absence de de Grivel, n’étaient présents vendredi lors de la deuxième réunion du comité. C’est Gérard Requin qui a été appelé à siéger comme président durant cette réunion, où quelques décisions importantes ont été prises. Selon les informations de Week-End, le ton serait monté lorsque les questions techniques ont été soulevées. On nous explique volontiers que l’attitude des entraîneurs nationaux est à déplorer dans ce contexte.
La réunion a dégénéré sur différents points. Il y a la question du déplacement de Christianne Legentil à Nantes après les Championnats du Monde à Budapest, tout comme la série de stages pour la judoka, série qui a été annoncée dans la presse le jour même de la réunion du Caretaker Committee, et les négociations dites « deryer ledo » du comité avec le ministre de la Jeunesse et des Sports et deux entraîneurs, nommément Priscilla Chéry et Anom Pettrapermal.
Où, quand et comment??
« Effectivement, je déplore que le comité n’a été nullement informé que Christiane Legentil se trouve actuellement à Nantes. Où, quand et comment?? », a déploré à Week-End Kaysee Teeroovengadum, membre du comité et secrétaire général du COM. Il semblerait que le travail en solo des entraîneurs nationaux ne soit pas au goût de tout le monde au sein du Caretaker Committee. « La demande a été faite au COM pour que Christianne Legentil soit sur la liste des bénéficiaires d’une bourse de la Solidarité Olympique, mais le comité n’a pas été tenu informer de la situation de la judoka. Nous ne savons pas où elle se trouve et quelles sont ses performances », ajoute le secrétaire général du COM.
En réponse aux critiques, Priscilla Chery a indiqué dans les colonnes de l’express de vendredi que Christianne Legentil est à Nantes. Par contre, l’entraîneuse ne dit pas où se trouve exactement la judoka mauricienne à Nantes.
Nul besoin d’être un expert pour savoir que le judo pratiqué à Nantes n’a rien à avoir avec celui pratiqué à Boulogne-Billancour, Levallois ou US Orélans — clubs avec lesquels les Mauriciens sont habitués —, puisqu’aucun club de cette ville n’est dans le classement 2016 des 25 premiers clubs en France. Soulignons que la Mauricienne a raté complètement le stage de six mois (6 janvier au 15 juin) qu’elle avait le droit d’effectuer avec la FIJ avant les Championnats du Monde. Par la faute de qui?? Allez savoir… Nous nous demandons aussi comment Week-End, tout comme l’express et les autres rédactions sportives, a raté cette médaille d’argent ramenée par Christianne Legentil des Jeux du Commonwealth en… 2014. Pour ce qui est des « négociations avec le judo » de Josian Valère, ex-président de la FMJDA qui, pour devenir directeur de communication de l’UAJ, n’a pas hésité à écraser en mille morceaux la fédération, nous ne ferons pas de commentaires pour ne pas accorder d’importance à la médiocrité.
Bon, passons cette triste parenthèse du judo mauricien pour souligner qu’à compter de cette semaine le Caretaker Committee lancera le processus pour l’affiliation des clubs, tout comme pour les licences des judokas. Dans la foulée deux propositions ont été faites pour trouver un DTN. Le nom de Joseph Mounawah, apprenons-nous, aurait été proposé par un des membres. Il y a aussi le fait qu’avec la bénédiction du ministre des Sports, des négociations ont été entamées — toujours dans le dos du comité — pour que Frédéric Feuillet retourne à Maurice pour animer des stages.