L’Association des comités nationaux olympiques africains (ACNOA) ne semble guère apprécier la situation qui prévaut actuellement au sein de la fédération mauricienne de judo (FMJ). D’où une correspondance adressée au président de cette instance, Josian Valère, au secrétaire, Laval Perrine et au ministre de la Jeunesse et des Sports, Yogida Sawmynaden par Philippe Hao Thyn Voon, 3e vice-président de l’ACNOA et également président du Comité Olympique Mauricien (COM). Une sévère mise en garde, notamment sur le fait qu’aucun changement ne devra être effectué à la présidence de la FMJ jusqu’à la fin des Jeux Olympiques de Rio prévus en août de l’année prochaine.
Tout en faisant ressortir qu’il agit selon les directives du président de l’ACNOA, le Général Lassana Palenfo, Philippe Hao Thyn Voon souligne qu’il doit remédier à la « unhealthy situation », qui prévaut actuellement au sein de la FMJ. Et ce, tout en faisant référence aux différents courriers échangés au sein de cette instance fédérale et les autres parties concernées. Il soutient également que tout changement à la présidence de la FMJ pourra pousser l’Union Africaine de judo (UAJ) également dirigée par Lassana Palenfo à prendre des actions à l’encontre de la fédération. De ce fait, Philippe Hao Thyn Voon compte rencontrer les onze membres élus au sein du comité directeur de la FMJ au début de l’année prochaine.
Contacté ce matin, le président du COM a fait ressortir que les raisons avancées jusqu’ici par certains dirigeants de la FMJ pour évincer Josian Valère sont « farfelues ». Et d’ajouter : « Il n’est pas normal de vouloir ainsi se débarrasser ainsi d’un président de fédération. D’autant que Josian Valère a été nommé directeur de communication de l’UAJ. Ce qui constitue une première pour un dirigeant mauricien au sein de cette instance ». Philippe Hao Thyn Voon affirme également que le Malien Habid Sissoko, vice-président de l’UAJ, lui a délégué tous les pouvoirs pour enquêter sur la situation au sein de la FMJ. D’autant qu’il avance que ce dernier lui a soumis un rapport négatif concernant la troisième édition de l’Africa Judo Open Mauritius tenue en novembre dernier. S’il est mentionné que l’organisation de la compétition n’était pas à la hauteur, avec notamment l’absence de cérémonie protocolaire, la démission de François de Grivel en tant que président du comité organisateur avant le coup d’envoi de l’échéance mérité également d’être signalée.
De son côté, Josian Valère, bien qu’étant en congé maladie et hospitalisé, a accepté de réagir sur ce sujet. Tout en précisant d’emblée qu’il n’a jamais été en conflit avec un membre de la fédération et qu’il milite pour les intérêts des judokas, il souligne que ce poste de directeur de communication sera bénéfique, surtout que le ministre Sawmynaden a évoqué le projet d’un centre d’entraînement africain à Maurice. « J’ai accepté ce poste lors de la réunion de l’ACNOA. Je considère cela comme un honneur, même si certains sont contre ma nomination ». Selon lui, la discipline, le respect et la légalité doivent régner au sein de la fédération, et de ce fait, il s’élève contre le fait qu’une récente réunion de la fédération ait été convoquée, sans qu’il soit au courant. Et de conclure : « Je veux travailler avec des gens de bonne volonté pour le progrès du judo ».