Les deux leaders du Remake 2000 sir Anerood Jugnauth et Paul Bérenger ont lancé en choeur un appel samedi pour demander aux citoyens mauriciens de ne pas retirer leurs cartes d’identité et de ne pas donner leurs empreintes digitales « en attendant que la Cour suprême se prononce sur la constitutionnalité de cette carte ». De son côté, Pravind Jugnauth a indiqué qu’il compte aller jusqu’au Privy Council s’il n’obtient pas satisfaction auprès de la Cour suprême à ce sujet.
La carte d’identité nationale a été un des dossiers prioritaires évoqués par sir Anerood Jugnauth samedi lors d’une conférence de presse du Remake. Il a observé que le GM a conclu un accord avec le gouvernement singapourien, qui a sous-contracté le projet de carte d’identité à une compagnie privée singapourienne et que cette dernière a également sous-contracté ce projet à une compagnie mauricienne. L’opération aura finalement coûté Rs 1,5 milliard au pays. SAJ s’est élevé contre le fait que ce soit une compagnie privée proche du pouvoir qui, au coût de Rs 300 M par an, est appelée à gérer les données qui figureront dans la carte d’identité. « Tout le monde sait le danger que cela représente de mettre ces données entre les mains de ces personnes. Dans un pays comme les États-Unis qui ont les moyens de prendre toutes les précautions en matière de sécurité, des pirates sont arrivés à avoir accès aux données privées de l’épouse du président Obama », dit SAJ. Il a observé que le gouvernement ne peut forcer personne à retirer sa carte d’identité avant le 16 septembre 2014. « Entretemps la Cour décidera », a-t-il dit en précisant que si le Remake 2000 arrive au pouvoir, il abolira le système de données centrales ainsi les empreintes digitales et biométriques.
Commentant l’affaire Varma, SAJ a estimé qu’à la lumière de la tournure que prend l’enquête policière sur l’agression et sur les tractations qui ont suivi, tout indique qu’on s’achemine vers un cover up. Aujourd’hui les victimes sont interrogés under warning et sont même inculpées, relève-t-il. SAJ prévoit que tout le monde sera acquitté dans cette affaire et que le grand gagnant sera Yatin Varma. Pour lui, on assiste au même scénario au niveau du MITD. « Je ne comprends pas comment fonctionne la police. Lorsqu’il y a des accusations contre ceux qui critiquent le gouvernement, la police agit avec célérité alors que lorsque ces accusations sont portées contre les personnes proches du pouvoir “torti mars pli vite ki zot” ». Il revenu sur les tentatives de faire de Maurice une plateforme pour le trafic d’armes. « On n’aurait jamais rien su si les Américains n’avaient dénoncé ce trafic ».
Sir Anerood Jugnauth a aussi critiqué le Premier ministre pour être resté aussi longtemps à l’étranger alors qu’un discours prononcé devant l’assemblée générale de l’ONU ne dépasse pas 20 minutes. « Il abuse de la situation et de l’argent public », estime SAJ, qui a expliqué que pendant tout le temps qu’il a été Premier ministre, il se rendait aux Nations unies en compagnie de quatre personnes et qu’il rentrait au pays par le premier avion après avoir prononcé son discours.
Au chapitre de la compensation salariale, SAJ a affirmé que les dirigeants du Remake ont accepté de rencontrer les syndicats engagés dans les négociations. « Nous sommes d’accord pour les soutenir en vue de l’obtention d’une compensation raisonnable ». Il a aussi critiqué l’administration de la MBC qui est désormais lourdement endettée alors que quand il était Premier ministre, il avait tout fait pour que la MBC rembourse toutes ses dettes.