Warren Robertson rejoindra- t-il Fabrice Bauluck au palmarès des championnats du monde juniors de kick-boxing ?

Demain après-midi aux alentours de 17h à Venise en Italie, le tireur de la catégorie -54 kg défiera le Turc Kurt Fevzi afin d’émuler son illustre aîné, vainqueur de cette compétition en deux occasions. Afin de parvenir en finale, il a pris le meilleur du Russe Rovshan Zakirov par décision majoritaire (2-1). Quant à Fevzi, il a obtenu le même verdict aux dépens d’un autre Russe, à savoir Kezhik Bagai-Ool.

Par contre, Stania Rathbone s’est inclinée aux points face à la Serbe Stasa Veic et devra se contenter de la médaille de bronze chez les -52 kg. S’il a dominé les deux premières reprises, Warren Robertson a subi les assauts de Rovshan Zakirov lors du dernier round. Un réveil toutefois tardif pour espérer renverser la situation en sa faveur. « Warren a évolué à 40 ou 50% de ses capacités. Il avait certes une belle envie de gagner, mais s’est trop précipité. Cela a ainsi compliqué la situation et heureusement qu’il a pu gérer jusqu’à la fin », avance l’entraîneur national, Judex Jeannot.

Selon lui, le fait que son poulain ait disputé son premier combat hier soir, contrairement à son adversaire qui était en action en quarts de finale, ne lui a pas permis de trouver ses repères. Reste que Judex Jeannot s’attend à une meilleure prestation lors de cette finale tant attendue. « Le Turc est un spécialiste de la boxe thaï et du full-contact, mais il demeure prenable. Il faudra impérativement que Warren ne se précipite pas et gère mieux son combat. » Il faut savoir que Kurt Fevzi a forgé sa qualification pour cette ultime étape suite à deux avertissements accordés à son adversaire.

De son côté, Stania Rathbone s’est retrouvée devant une tâche délicate, avec en face d’elle la championne d’Europe en exercice. Qui plus est, elle avait dû éliminer 200 grammes à la pesée en matinée. Néanmoins, l’entraîneur national se dit satisfait de sa performance. « Elle s’est bien défendue, mais la Serbe était d’un niveau supérieur. Stania manquait de repères et de combats pour pouvoir la bousculer davantage. Néanmoins, elle a connu une expérience intéressante et demeure consciente qu’il lui faudra encore travailler pour se rapprocher du niveau international. » Il faudra donc encore patienter avant de voir une tireuse mauricienne décrocher un titre mondial