Un 1er-Mai sous le signe du renouvellement de la confiance de la population en l’alliance Lepep. C’est ce qu’entendent les dirigeants du gouvernement pour leur grand rassemblement prévu ce matin à Vacoas, où l’Alliance Lepep invite à la mobilisation autour de sir Anerood Jugnauth. L’occasion également pour un test de popularité du gouvernement après seize mois au pouvoir. “Res ferm mam”, a demandé le secrétaire général du MSM, Nando Bodha, affirmant que “l’avenir li avec l’Alliance Lepep et non auprès du MMM et du PTr”.
L’Alliance Lepep, après une lutte légale contre le PTr, tiendra finalement son meeting à Vacoas. Dans une conférence de presse vendredi, ses trois secrétaires généraux , Nando Bodha (MSM), Mamad Khodabaccus (PMSD) et Eddy Boissézon (ML), ont fait un ultime appel à leurs partisans pour se mobiliser autour de leurs leaders et en particulier le chef du gouvernement, sir Anerood Jugnautht. Unanimes à dire que le gouvernement est en bonne voie concernant la concrétisation des promesses faites pour les élections de 2014, ils ont passé en revue les différentes mesures prises par le gouvernement depuis son accession au pouvoir.
Parmi, l’augmentation de la pension de vieillesse, l’ouverture d’une ambassade en Arabie Saoudite, la commission d’enquête sur la drogue, la construction de 2 000 maisons pour les démunis, la révision du permis à points, l’introduction du projet de réforme de l’éducation avec le 9-Year Schooling, le combat contre la fraude et la corruption, le développement du secteur des Tic, l’introduction prochainedu salaire minimum, la destruction des empreintes digitales recueillies relatives à la carte d’identité biométrique, le programme de décongestion routière et la réforme électorale.
“Le pays est depuis seize mois un vaste chantier. Nous allons réaliser nos promesses. Mais vous devez nous soutenir et surtout soutenir SAJ, qui est un visionnaire qui a de grandes ambitions pour le pays”, a dit Nando Bodha, rappelant la présentation du budget qui comprendra sans nul doute des mesures afin de s’attaquer aux nouveaux piliers économiques.