On arrive tout doucement vers la fin de la saison. Il n’y a qu’à jeter un coup d’oeil sur le programme qui est offert cette semaine pour s’en rendre compte. La valeur des chevaux proposés est bien en dessous de la moyenne. Trois épreuves pour les compétiteurs classés au bas de l’échelle des valeurs et deux courses avec seulement six partants en lice. Espérons que le week-end international sera tout autre car il y aura seize courses avec huit engagés. Cela dit, la 34e journée pourra être d’un certain intérêt pour les championnats des entraîneurs et de jockeys. S’il est vrai que Gilbert Rousset a repoussé Rameshwar Gujadhur un peu plus loin la semaine dernière, rien n’est encore joué, même si son dauphin a perdu quelques chevaux à un moment crucial. Tout comme le titre chez les cravaches, où Steven Arnold tient toujours le bon bout.
Pour en revenir à cette épreuve principale, on retrouve certains chevaux qui ont beaucoup donné ou encore d’autres qui n’ont plus la même verve d’antan. Sur le papier, on dira qu’Everest mérite une victoire pour l’ensemble de ses performances cette saison. Il est arrivé à un niveau où il ne possède aucune marge de progrès et se fait même rattraper par des chevaux qui, au départ, avaient moins de valeur. Le gris a été confié à Pravesh Horil, qui semble avoir pris du galon après son dernier séjour en Nouvelle-Calédonie. Everest sera sûrement dans le peloton de tête et tentera de tirer profit de toute baisse de régime du meneur.
En tête, on devrait retrouver Captain Magpie, celui-là même que le jockey avait arrêté à sa dernière sortie, craignant que le cheval avait une gêne. Or, Captain Magpie a vite repris l’entraînement et il serait imprudent de l’écarter hâtivement. La raison étant qu’il devrait se retrouver vite et seul à l’avant. S’il n’est pas inquiété durant la partie initiale, il pourrait jouer un mauvais tour à ses poursuivants. Le poids léger Sir Earl Grey, qui tente sa chance à un niveau supérieur, devrait être avisé de cette possibilité et son jockey peut être amené à prendre des initiatives un peu plus tôt dans le parcours, et ce, après avoir suivi d’assez près.
Memphis Mafia retrouve Rye Joorawon, le jockey qui l’a mené vers son unique succès au Champ de Mars. On ne comprend pas pourquoi ce cheval a si mal couru la dernière fois. Un changement tactique de sa part n’est pas à écarter. Non pas qu’il fasse la course à l’avant, mais qu’il soit bien plus proche du meneur. Recall To Life a lui aussi déçu il y a quatre semaines. On ne croit pas que le fait qu’il ait raté son départ lui a été préjudiciable. Il pourrait avoir été tout simplement dans un off day et se réveiller à l’occasion. Candy Rock, auteur d’une bonne course lors de la 19e journée, est rentré dans le rang lors de ses deux dernières tentatives. Mais avec un poids léger, il peut essayer de retourner la situation en sa faveur. Thrust, lui, pourrait trouver le parcours trop long pour ses aptitudes, tandis que Sheer Trouble doit d’abord progresser avant d’être pris en considération.