Reim est définitivement un cheval qui est appelé à remporter d’autres courses cette saison. On avait trouvé qu’il s’est mieux adapté au Champ de Mars avant sa reprise cette saison, d’où sa bonne course de rentrée. Il l’a confirmé samedi en l’emportant à l’issue d’une course rondement menée. La course a été tactique dans le sens où Tandragee a été présenté comme un leurre pour essayer de brouiller les pistes dans la partie initiale. Quelle n’a pas été la surprise des turfistes de voir ce cheval en tête après cent mètres de course. Il est vrai qu’il est celui qui avait pris le meilleur départ, mais il avait aussi été bien sollicité pour être en tête. Voyant cela, Derreck David n’a pas paniqué et a regardé sur sa gauche pour voir où était Reim. Celui-ci n’avait pas aussi bien démarré qu’attendu, mais a vite fait comprendre ses intentions qui étaient de diriger les opérations.
Derreck David a vite réagi à cette tactique pour contrer la manoeuvre de Noel Callow. Mais on sait qu’Everest n’est pas un vrai frontrunner alors que Reim a remporté la majorité de ses courses en adoptant une tactique bien précise, qui est de lancer une épreuve sur des bases élevées. Il n’a pu le faire au Champ de Mars pour des raisons évidentes. Il a souvent eu tendance à démarrer lentement et n’avait pas encore bien cerné comment aborder un hippodrome à main droite tandis qu’il avait toujours évolué dans le sens contraire d’une montre. Il a pris le temps qu’il a fallu et avant le début de la saison, nous avons fait part à nos lecteurs que Reim sera plus à son affaire cette saison. Si on a hésité à faire de lui un vainqueur, c’est surtout en raison de sa ligne au départ. Cependant, on avait pris conscience qu’il restait capable de contourner ce handicap et qu’il serait difficile pour ses poursuivants de le reprendre.
Si on revient à la course d’Everest, il convient de souligner que le gris a choisi la même tactique qu’aurait adoptée Reim si jamais ce dernier s’était retrouvé en tête de la course. Noel Callow s’est contenté de suivre tranquillement et on a pu remarquer que Reim n’a à aucun moment tiré, bien qu’il s’était montré quelque peu ardent lors de la première journée. Avec une course dans les jambes, il est devenu plus maniable. Si Derreck David a voulu jouer au plus fin en forçant Reim à sortir de son pas, il a été pris dans son propre piège. Il s’est retrouvé en tête et fut contraint à imposer un rythme très soutenu. Certes, il recevait du poids de Reim, mais il ne faut pas oublier qu’en Afrique du Sud, Reim avait déjà une meilleure valeur que lui. Donc, quelque part, le résultat est logique.
En ce qui concerne Tandragee, il a payé de ses efforts car il vaut plus que sa septième place à l’arrivée. Il est à revoir. Desert Sheik, lui, nous a surpris car on le voyait pas suivre de plus près. Son jockey a préféré le reprendre après s’être retrouvé en troisième épaisseur. Ainsi, en le voyant distancé dans la descente, on ne le croyait pas capable de terminer aussi bien. Il aurait peut-être pu inquiéter davantage Reim si Rye Joorawon l’avait laissé à l’extérieur au lieu de le rediriger vers l’intérieur. Bonne course de la part de Rear Admiral, qui fera mieux dans un lot moins relevé.