L’unité de dessalement Osmosun produira 80m³ d’eau potable par jour à partir de l’énergie solaire et 300m³ en alimentation hybride.

Rodrigues s’est encore rapprochée de son objectif de devenir une île écologique avec l’inauguration d’une unité de dessalement solaire à Caverne Bouteille. Dans le cadre du programme ENERGIES, financé par l’Union européenne et mis en œuvre par la Commission de l’océan Indien, la première unité de ce genre de l’océan Indien a été inaugurée par le Chef Commissaire de Rodrigues, Serge Clair.

Financée à hauteur de 50% sous le volet « Appel à Propositions » du programme ENERGIES, soit 220 000 euros, cette unité pourra fournir aux Rodriguais chaque jour jusqu’à 80m³ (80 000 litres) d’eau potable en solaire et 300m³ (300 000 litres) en alimentation hybride.

En prenant une consommation moyenne de 125 litres par personne par jour, cela permettra d’approvisionner environ 2 400 personnes en eau. Ce projet, qui bénéficie également du co-financement de l’Assemblée Régionale de Rodrigues et du Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM), utilise la technologie OSMOSUN® de la société Mascara pour produire de l’eau potable à partir du procédé d’osmose inverse alimenté par l’énergie solaire. Le générateur photovoltaïque a, quant à lui, été installé par Quadran.

Le président de Mascara, Marc Vergnet, expliquant le fonctionnement de l’unité Osmosun à l’Ambassadeur de l’UE, Marjaana Sall, la Chargée de mission de la COI, Véronique Espitalier-Noël, la Présidente de l’Assemblée Régionale de Rodrigues, Angela Spéville, et l’Ambassadeur de France, Emmanuel Cohet.

Pour la Chargée de mission de la COI, Véronique Espitalier-Noël, le choix de Rodrigues pour l’implantation de cette unité était une évidence : « L’unité de dessalement de Caverne Bouteille répond à un besoin réel, à une urgence même pour l’accès à l’eau. Et pour ce faire, elle mobilise l’innovation technologique avec le souci de s’inscrire dans le mouvement vertueux qui fait de Rodrigues un exemple d’île durable. C’est donc tout naturellement que la COI et l’Union européenne ont choisi de cofinancer à hauteur de 50% du budget total ce projet tout à fait inédit dans la République de Maurice et même dans la région ».

L’Ambassadrice de l’Union européenne, Marjaana Sall, a, pour sa part, rappelé que cette initiative s’insère dans une logique globale de faire de Rodrigues un modèle de développement durable. « Je profite de cette opportunité pour rappeler que l’appui de l’Union européenne à ce projet de dessalement en utilisant l’énergie solaire n’est pas une action isolée. L’Union européenne reste engagée pour accompagner Rodrigues dans sa vision de se transformer en une île écologique. Nous le faisons dans le contexte de notre partenariat avec la République de Maurice pour protéger l’environnement, pour favoriser la transition énergétique et écologique et pour lutter contre le changement climatique », dit elle.

Le Chef Commissaire de Rodrigues, Serge Clair, a tenu à souligner le caractère historique de cet évènement qui marque une histoire importante de Rodrigues. « L’île pourra devenir un exemple dans la République de Maurice, pour la région, et, pourquoi pas, le monde. C’est le devoir des Rodriguais maintenant de coopérer avec d’autres pays et de montrer ce que l’on sait faire. Il faut partager ce projet avec d’autres peuples et d’autres pays ». Le Chef Commissaire a également exprimé le vœu de voir les autres unités de dessalement de l’ile dotées de composantes solaires.