— La ki to pou dire la ?
— Qu’est-ce que je dois dire ?
— Qu’est-ce que tu penses de la mesure révolutionnaire proposée le 8 mars par mon parti pour les femmes ?
— Premier d’abord quel est ton parti et ensuite c’est quoi cette mesure révolutionnaire-là ?
— Arrête de faire ton insignifiante avec moi, je te dis là, hein ! Tu sais bien que je suis bleue depuis toujours. Je ne suis pas comme ceux qui font viré mam et vont chez les ennemis jurés.
— Je n’ai pas viré mam. Mon bonhomme et moi on a juste choisi d’aller avec un parti et un leader, Pravind, qui a une vision de l’avenir.

— Tu as dit la même chose pendant des années pour Zaza, non ?
— And so what ? On n’a pas le droit de changer d’opinion dans ce pays ? On va voir ce que tu vas dire quand ton parti va faire une alliance pour les prochaines élections ? Peut- être même avec le MSM.

— Ça, il n’y a pas de chemin, je te dis. Le leader ne veut pas faire d’alliance.

— Combien de fois il a dit ça juste avant de faire le contraire ?

— Tu sais parfois en politique on est obligé de faire certaines choses

— Et qui te dit que cette fois aussi il ne sera pas obligé de faire certaines choses ? Pourquoi tu dis que le PMSD a proposé une mesure révolutionnaire ?

— Quand un parti politique fait une bonne proposition, moi je le reconnais. Je ne suis pas « bias » comme certains !

— Alors qu’elle est cette mesure révolutionnaire du PMSD ?

— Tu n’es pas au courant ? Tu ne sais pas ce que la présidente de l’aile féminine du PMSD a proposé pour la fête de la Femme ?

— Tu sais, tous les partis politiques font des promesses pour la Femme mauricienne le 8 mars de chaque année et à chaque veille d’élections et ne les tiennent pas.

— En tout cas, la présidente de l’aile féminine du PMSD a fait une proposition qui sort de l’ordinaire. Elle propose que le congé maternité passe de trois à neuf mois à Maurice ?

— De trois à neuf mois de congé de maternité à Maurice ? C’est de ça que tu parles. Tu ne sais pas ce qui s’est passé depuis ?

— Tout ce que je sais, c’est que c’est une proposition révolutionnaire. Cette Arline-là, elle a l’étoffe pour devenir le prochain ministre de la Femme, donc tu vois le PMSD n’est pas le parti ringard qu’on crois. Il a des idées. De grandes idées même.

— Mais attends un coup, toi.

— Il n’y a rien à attendre. Il faut que la femme ait le temps de s’occuper de son bébé qui vient de naître, de s’habituer à lui. Tu sais que souvent les bébés dont les mamans travaillent sont plus habitués avec leurs nounous qu’à leurs mamans. C’est mauvais pour le futur de la relation mère-enfant. Tous les psychologues le disent.

— Toi, je suis sûre que tu viens de lire un magazine féminin français avec horoscope, recettes pour maigrir et conseils de psy pour entretenir la sensualité de son mari !

— Arrête de me critiquer, don. Oui, je lis ces magazines et ils ont souvent de bons conseils.

— Mais ces conseils sont destinés à des Françaises qui ont un certain niveau de vie.

— Le magazine même le dit : il faut prendre les bonnes idées, peu importe d’où elles viennent.

— Mais tout de même toi, donner neuf mois de congé à toutes les femmes qui ont accouché ? Mais on va fermer les bureaux, les magasins, les usines, tout le pays, toi.

— Mais pourquoi ?

— Parce que toutes les femmes qui travaillent vont faire des enfants pour bénéficier de ce congé-là. Ça va peut-être faire augmenter la natalité, mais du point de vue économique

— Mais enfin, toi, il faut libérer les femmes, leur donner de meilleures conditions pour élever leurs enfants. Il ne faut pas que le travail empêche la femme de jouer son rôle de maman.

— Attends un coup…

— Mais attendre quoi ? Tu vois comme tu es : quand le PMSD fait une bonne proposition, il faut la combattre, juste parce que c’est le PMSD. C’est de la politicaille !

— Mais ce projet n’est pas réalisable, toi.

— Tu vois comme tu es ? Juste parce que c’est le PMSD qui a fait la proposition, tu vas dire que c’est pas bon.

— Mais c’est pas moi qui dit que ce projet n’est pas réali- sable et qu’on ne peut pas aller de l’avant avec.

— Ce sont les leaders des autres partis qui l’ont dit. Com- ment veux-tu qu’ils reconnaissent que le PMSD a une bonne proposition pour le pays ? C’est pas possible !

— Ce ne sont pas les autres politiciens qui ont dit qu’on ne pas mettre ce projet, que tu appelles révolutionnaire, en pratique en raison de la situation économique alarmante du pays.

— Qui a dit une connerie pareille ?
— Tu ne sais pas ? Le leader de ton parti, Zaza, lui-même. — Menti ça. Quand il a dit ça ? Quand ?
— La présidente de l’aile féminine du PMSD a écrit sur

son blog dimanche « qu’après consultation avec le leader actuellement à l’étranger, le PMSD ne compte pas aller de l’avant avec le congé maternité de neuf mois. »

— Ne me dis pas, toi. Ne me dis pas !

— C’est sur Internet, toi. On dirait que le leader du PMSD a fait avorter l’idée révolutionnaire de la présidente de l’aile féminine du même PMSD !