C’était un secret de polichinelle que sous la présidence de Hiren Jankee, la Gambling Regulatory Authority n’était qu’un bouledogue sans dent. Avec le changement au plus haut sommet de l’Etat et la politique de nettoyage engagée par le gouvernement de SAJ depuis le 11 décembre dernier, les  turfistes s’attendent à ce que le nouveau président du board de la GRA, Raouf Gulbul donne une toute autre dimension à cet organisme afin qu’il remplisse son rôle comme stipulé dans la GRA Act. Certes en une semaine, Raouf Gulbul n’a pu réaliser grand chose, mais la façon dont la requête du Mauritius Turf Club a été traitée nous fait tiquer.
Interrogé hier matin sur les raisons qui ont poussé la GRA à n’accorder que 35 journées au MTC alors que la demande était de l’ordre de 40 journées et surtout pourquoi l’instance régulatrice des paris et des courses à Maurice a poussé le début de la saison au 4 avril alors que le Club de la rue Eugène Laurent souhaitait que la saison débute positivement le 28 mars. «Je ne fais aucune déclaration concernant la GRA. Je dois attendre que l’acting Chief Executive de la GRA convoque le board et de discuter avec le board avant de faire une déclaration. Je crois que c’est la moindre des choses», a lâché sèchement l’avocat-candidat battu de l’Alliance Lepep aux élections du 10 décembre 2014 hier matin.
Ce dernier, qui n’a pas voulu pour une once s’expliquer sur les deux questions de Week-End, a laissé échapper dans une petite phrase, sans doute un «slip of the tongue». «Vous allez voir comment les choses vont être différentes avec la GRA cette fois». On le sait que la GRA a un rôle de facilitateur, mais il semblerait que jusqu’à preuve du contraire, cette instance fait exactement le contraire. Le moins que l’on puisse dire c’est que pour la saison 2015, elle a compliqué la tâche de tout le monde, en particulier celle du Mauritius Turf Club.
En ne donnant son feu vert pour la saison 2015 que vendredi le 6 mars aux alentours de 18h, la GRA a laissé planer le doute au sein de la communauté des turfistes. Pourtant, depuis la mi-janvier, le MTC a fait une demande de 40 journées. Certes, il est vrai de dire que le gouvernement de Sir Anerood Jugnauth avait d’autres chats à fouetter et des coffres à ouvrir. N’empêche que l’industrie  des courses aurait dû être traitée avec beaucoup plus de respect d’autant qu’elle rapporte plus de Rs 600 millions dans les caisses de l’Etat. Sans que ce dernier n’en retourne, ne serait-ce, qu’une roupie.
Dans cette joute à distance qui s’est déroulée entre la GRA, sinon l’Etat, et le MTC, nous nous posons la question de savoir si aux termes de l’interprétation de la loi, la GRA a besoin impérativement d’approuver le calendrier du MTC chaque saison? L’instance que préside Raouf Gulbul aujourd’hui peut sans aucun doute être consultée sur le nombre de journées, mais elle ne peut en aucun cas, avoir son mot à dire sur le calendrier. Qui du reste devait être établi sur plusieurs saisons et non annuellement comme c’est le cas actuellement.
Est-ce que, par exemple,  une fédération sportive doit avoir le feu vert du Mauritius Sports Council avant de rendre officiel son calendrier sportif? Nous ne le pensons pas! Alors, pourquoi pour les courses cela doit être le cas, surtout si le MTC jouit d’une autonomie dans sa gestion et son organisation? A notre humble avis, la GRA est en train d’outre- passer ses droits et qui plus est, elle est en train de faire un tort immense à l’industrie hippique en roupillant sur des dossiers qui demandent à être traités en urgence et diligence.
Alors que le MTC décide d’organiser 40 journées, la GRA lui donne 35 journées seulement, soit 7 journées de moins que la saison passée. Pourquoi? Personne ne le sait pour l’heure, car la GRA n’a même pas daigné justifier sa décision de réduire le nombre de journées. Mais elle a précisé dans sa lettre que les courses avec moins de 5 chevaux ne sont pas autorisées, ni des courses avec plus de deux chevaux d’une écurie. Alors que le MTC voulait débuter la saison 2015 le samedi 28 mars, la GRA lui ordonne de commencer une semaine plus tard, soit le samedi 4 avril. Là également, aucun raison n’est donnée. C’est à prendre ou à laisser!
Autant Hiren Jankee ne faisait rien, autant la GRA de Raouf Gubul ne s’explique pas, à moins que ce n’est pas lui qui aurait pris ces décisions. Dans lequel cas, nous nous demandons quel rôle va jouer le nouveau président ?