MORIS ZINDABAD

En observant intuitivement les indignations qui se relaient sur Facebook et WhatsApp nous ne pouvons que nous réjouir de la vitalité dans l’expression des citoyens du sentiment “enough is enough”. Laissons nos chercheurs les plus chevronnés expliquer les raisons qui orientent le suivisme vers certains symptômes de notre désenchantement plutôt que de cibler l’origine de nos crises sociétales et d’articuler des solutions possibles.

La déclaration d’un ancien vice-président de Maurice concernant les retraites perçues comme “dorées” des anciens “serviteurs de la République” à l’effet que : « Nous sommes à Maurice. Un petit pays. Les gens pensent petit » dépasse l’entendement. En réalité, elle débusque plus son auteur, qu’elle ne vilipende sa cible. Elle a suscité une colère citoyenne légitime, même si plutôt confidentielle. Or, il semble que ni les déclencheurs de viralité sur les réseaux sociaux, et encore moins les éditocrates, ont démontré le moindre acharnement contre ces exemples, parmi d’autres, qui pourtant représentent la source même de nos dérives démocratiques :

– L’avocat Antoine Domingue accuse* : « La Financial Services Commission (FSC) prend ses ordres de l’Hôtel du gouvernement et de la place d’Armes ! »;

– L’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam déclare** : « Paul Bérenger ti ena rezon kont limit manda premie minis. Parski nou ena enn ti popilasion nou pou ariv dan enn sitiyasion kot enn dernie fatra ki pou vinn premie minis parski nou finn diskalifie dimounn ki kapab ! »;

– Dans le sillage du scandale au plan des actions au sein de New Mauritius Hotels la FSC conclut*** : « Having given due consideration to all material circumstances, and in line with its object to ensure the stability of the financial system in Mauritius, the Commission is of the view that no further regulatory action is required. »

Si, grosso modo, cela ne résume pas une certification “Too big to fail”, ça y ressemble !

* https://www.lemauricien.com/article/me-antoine-domingue-oui-il-y-a-eu-complot-pour-tenter-de-destabiliser-les-institutions/

** https://defimedia.info/navin-ramgoolam-il-faut-cesser-de-penser-en-termes-de-communaute

*** https://www.fscmauritius.org/media/4175/communique-nmh.pdf