LANDSCOPE SAGA : Naila Hanoomanjee face à une enquête de l’ICAC

Des échanges entre la Chief Executive de Landscope Mauritius et la compagnie Bonn Properties en date du 9 octobre 2017 sous la loupe de la commission anti-corruption

Naila Hanommanjee, l’une des filles de la Speaker de l’Assemblée nationale, se retrouve une nouvelle fois sous les feux des projecteurs. Une enquête a été initiée par la commission anti-corruption pour tirer au clair les pourparlers entre Landscope Mauritius Ltd et la compagnie Bonn Properties Ltd appartenant à l’homme d’affaires Nawaz Chady. L’Independent Commission Against Corruption (ICAC) s’intéresserait aux allégations portées à sa connaissance autour de l’octroi d’un Landscaping Lease lié au Plot 22A à Ebène. Ce bail, propriété de l’ex BPML, été utilisé par Munich Mauritius Reinsurance Company Ltd (Munich Re) depuis 2004. Mais en mai 2016, cette firme avait décidé de transférer ses opérations en l’Afrique du Sud et avait vendu son bâtiment à Bonn Properties Ltd tout en respectant les conditions imposées par le Lease Agreement dans le cadre du transfert.
Un an plus tard, soit à la 164e réunion du conseil d’administration, un papier avait été présenté en ce qui concerne une demande de Munich Re pour le transfert du Landscaping Lease lié au Plot 22A. Le Board avait en effet turned down l’appilication de transfert faite au compte de Bonn Properties Ltd par Munich Re et avait dans la foulée recommandé à ce que Landscope récupère les Landscape Leases dans cette région. Selon les recoupements d’informations effectués par Week-End, les échanges entourant ces pourparlers intéresseraient la commission anti-corruption. Pour sa part, Naila Hanoomanjee soutient qu’il n’y a eu aucune maldonne en ce qui concerne la demande de transfert de ce Lease Agreement avec « la partie du Landscaping lease appartenant toujours à Landscope Mauritius ».   
Dans une correspondance envoyée par Bonn Properties en date du 9 octobre 2017,  à l’attention de Kishore Guja-dhur, Project Manager de Landscope Mauritius, avec copie à la fille de la Speaker, on peut toutefois lire : « We refer to your letter dated 9 octobre 2017 and we wish to confirm our acceptance of the Terms and Conditions » Ce qui indiquerait qu’il y aurait une correspondance émanant de Landscope Mauritius en date de ce même 9 octobre 2017. L’ICAC devrait s’intéresser à mettre en perspective le fil de ces échanges entre les parties concernées, sous les yeux de la Chief Executive, Naila Hanoomanjee.  
Cette nouvelle affaire met en ébullition Lakwizinn de l’Hôtel du gouvernement. Ce dossier impliquant Naila Hanoomanjee devrait vraisemblablement être épluché par  le Premier ministre, Pravind Jugnauth, à son retour au pays ce week-end. Ce qui est sur, c’est que ce dernier n’aurait pas souhaité avoir d’autres Kasrol en cette période de fin d’année qui est aussi son Birthday Month, alors qu’il n’a pas encore franchi le cap de la première année de son primeministership sous le Deal Papa/Piti...