PHOTO AFP

Dernier grand championnat européen réfractaire à l’assistance vidéo à l’arbitrage, l’Angleterre a donné jeudi son “accord de principe” pour la saison prochaine, suivant ainsi l’exemple de l’UEFA, qui l’introduira aussi en Ligue des Champions.

Contrairement aux quatre autres grands championnats européens (Italie, Allemagne, Espagne et France), l’Angleterre avait jusque-là traîné les pieds. En avril, la Premier League avait ainsi refusé la mise en place de la VAR pour la saison en cours, après s’être heurtée à quelques polémiques et des craintes notamment sur les pauses engendrées par le procédé. Avant d’offi cialiser le recours à la vidéo, réclamé ces dernières semaines par des grands noms du foot anglais comme Pep Guardiola ou Jürgen Klopp, la Premier League doit désormais formellement demander l’autorisation à la FIFA et l’IFAB, l’instance internationale garante des lois du jeu. En attendant, elle a indiqué qu’elle continuerait à procéder à des tests cette saison, pour éviter un quelconque problème quand plusieurs matches sont disputés en même temps, comme c’est traditionnellement le cas en Angleterre le samedi après midi.

Polémiques

Elle entend aussi mettre au point un “protocole clair” sur la façon dont les spectateurs seront informés dans le stade. Sans doute échaudée par des tests pas complètement concluants en FA Cup et en Coupe de la Ligue, la richissime Premier League s’est donc donné les moyens de fignoler la VAR, grâce notamment aux retours des quatre autres grands championnats européens.

Certaines décisions avaient par exemple provoqué la colère d’Antonio Conte, alors entraîneur de Chelsea, tandis qu’Alan Pardew, alors à la tête de West Bromwich, s’était plaint de l’opacité du processus de décision et Jürgen Klopp avait pesté sur le manque de fl uidité des recours. L’image de la VAR avait été sérieusement écornée en février, quand un but avait été refusé pour hors jeu au joueur de Manchester United Juan Mata lors d’un match de FA Cup contre Huddersfield. Les images TV montraient des lignes de hors jeu non rectilignes, créant la polémique, avant que la Fédération n’explique que les images diffusées en direct n’étaient pas celles utilisées par l’arbitrage vidéo. Mais la Coupe du Monde en Russie, lors de laquelle aucune polémique notable n’a fait surface concernant cette technologie globalement bien acceptée par les joueurs lors de la compétition, a sans doute convaincu les clubs anglais, dans le sillage de l’UEFA.

Concrètement, l’instance européenne a décidé d’utiliser la VAR à partir des barrages de qualifications pour la Ligue des Champions 2019/20, de la phase de groupes de la Ligue Europa 2020/21 et la Supercoupe d’Europe 2019 pour les compétitions de clubs. Et à partir de la phase de groupes de l’Euro 2020 et pour le “Final Four” de la Ligue des Nations 2021 pour les compétitions de sélections nationales.