Ledikasyon Pu Travayer propose depuis le samedi 3 une formation sur l’apprentissage du kreol aux étrangers vivant à Maurice. Cette démarche fait suite au succès rencontré lors d’une session semblable l’année dernière et aux récents développements au niveau de la reconnaissance de cette langue.
Un groupe d’expatriés de nationalités différentes apprend depuis le samedi 3 septembre à parler le kreol dans les locaux de Ledikasyon Pu Travayer (LPT) à Grande-Rivière-Nord-Ouest. L’organisation a relancé cette formation après une session très positive l’année dernière.
Alain Ah-Vee, secrétaire de LPT, rappelle que la première expérience du genre remonte à la fin des années 80. Lui et sa collègue Ragini Kistnasamy avaient été sollicités pour donner des cours de kreol à l’évêque anglican d’alors. Depuis, LPT organise des ateliers d’apprentissage ponctuels à la demande d’étrangers résidant à Maurice. « L’année dernière, nous avons vécu une expérience très positive. Il y avait dans le groupe des personnes anglophones et francophones, de même qu’un participant venant de Chine. Cela représentait un nouveau challenge. Nous avions donc dû réadapter notre méthode afin que tout le monde puisse suivre la formation. »
Les développements connus récemment au niveau du kreol – en particulier ceux concernant l’orthographe et la grammaire – apportent également une nouvelle dimension à la formation. « C’est un pas en avant… Nous sommes appelés à nous adapter. Avec cette reconnaissance de la langue maternelle, on voit aussi des institutions comme l’Université de Maurice proposer des cours de kreol. » À LPT, l’accent est toutefois mis sur l’aspect oral car parler le kreol est ce qui intéresse avant tout les étrangers.
La formation durera jusqu’au 5 novembre. Alain Ah-Vee se dit en mesure d’accueillir encore quelques personnes puisque les cours viennent de commencer. « Cependant, nous nous limitons à une dizaine de personnes par groupe. Autrement, l’apprentissage devient plus difficile. »
Les cours ont lieu le samedi de 11 h 15 à 13 h. Trois livres sont utilisés : Mauritian Creole in Seven Easy Lessons de Mark Frew, le dictionnaire Kreol-English de LPT et Sirandann Sanpek, qui réunit des contes mauriciens datant de plus de 100 ans.