Baritone (Cédric Ségeon) en roue libre. Le coursier de Jean-Michel Henry, déjà vainqueur de la Duchesse, est le roi du sprint de la saison 2018

Malchanceux en quelques occasions, Baritone a bien surgi cette fois pour s’approprier la Princess Margaret Cup, une épreuve de G 1, à la faveur d’un excellent finish. Jean-Michel Henry peut être satisfait de la saison de son valeureux sprinter, qui s’était aussi offert la Duchesse. Après pas moins de cinq semaines sans, le doublé obtenu à l’issue de la journée est le bienvenu.

Le terrain, le tempo imposé et la tactique choisie ont fait que cette épreuve a bien servi certains des engagés. Que dire de la prestation de Nottinghamshire ? On pensait que le jockey Juan-Paul Van der Merwe pouvait s’être trompé en choisissant Hard Day’s Night. Mais à bien y voir, il avait sûrement été décidé ou trouvé que ce dernier serait plus à son affaire en venant au finish, alors que la tâche de Nottinghamshire serait de contrarier les plans de ceux qui voudraient faire la course à l’avant, en particulier Karraar et Tandragee.

Sauf que ce dernier a aussi été engagé pour compliquer la tâche de l’éventuel meneur. Ernie s’est mis de la partie pour pimenter davantage la partie initiale. Toutefois, on ne comprend pas l’effondrement total de Nottinghamshire, au point de terminer bon dernier. Il n’avait plus de jus à environ 400m de l’arrivée. Il se peut que cette course ait été trop rapprochée pour lui et il en a payé les conséquences.

En jetant un coup d’œil aux temps fractionnés, on se rend vite compte que le tempo n’a pas été aussi élevé qu’on peut le penser. On n’aura noté aucun 200m parcouru en moins de 11″s. Mais il faut néanmoins tenir compte que même si la piste s’est améliorée au cours de la journée pour devenir normale à partir de la 5e course, il y a néanmoins eu des jets de boue durant toutes les épreuves.

On peut également avancer que la course a été réduite à un sprint sur environ 1000m, car le dernier kilomètre a été bouclé en moins de 58″5. Ce qui fait que ce sont plus particulièrement les sprinters qui ont été avantagés. Karraar aurait préféré une distance rallongée. De plus, il a couru sa course et n’a pas trop pris compte de la présence de Nottinghamshire. Il peut aussi avoir démarré un peu trop tôt, mais s’est bien défendu. Hard Day’s Night a misé sur sa fraîcheur pour se faire remarquer. Il n’était pas trop bien placé dans la course, mais il avait suffisamment de jus pour terminer en puissance. Il a bien giclé dans le dernier virage, mais a été repris par Baritone, comme cela avait été le cas quand ce dernier avait pris sa revanche lors de la 10e journée, alors qu’il avait devancé le cheval de Jean-Michel Henry quatre semaines après.

Et Table Bay dans tout cela ? Ramapatee Gujadhur devra repasser pour accrocher sa première Princess Margaret Cup. Mais son porte-drapeau a fait ce qu’il a pu compte tenu des circonstances. La distance a paru un peu courte pour lui qui comptait avec un rythme plus élevé.

Au dernier tournant, il était botte à botte avec Baritone, qui l’a forcé un peu plus vers l’extérieur. Il a été pris de vitesse, mais est revenu quelque peu. Sur 1600m dans la Coupe d’Or, il pourrait être imbattable. Yankee Captain a montré ses limites en évoluant à ce niveau de la compétition. Là où il était placé, s’il était vraiment un cheval de calibre, il aurait dû forcer la décision. Il a précédé ses plus sérieux adversaires, mais n’a pu soutenir la comparaison. Sixième à l’arrivée, on retrouve The Thinker. On croit pouvoir avancer qu’il n’est pas aussi bon que peut penser son entourage. On ne va pas parler de Tandragee vu que son engagement était déjà voué à l’échec avec un mauvais numéro de corde.