Source photo: Internet

Le Mondial 2018 (14 juin-15 juillet) va entrer dans l’Histoire comme le premier où les arbitres pourront avoir recours à l’assistance vidéo (VAR), a décidé la FIFA, promet- tant ainsi “un football plus transparent et juste”.

“Nous allons avoir le premier Mondial, en 2018, avec la VAR, cela a été approuvé, décidé, nous sommes bien sûr très contents de cette décision”, a déclaré le président Gianni Infantino à la presse à l’issue d’une réunion du conseil de la FIFA à Bogota. Celui-ci a confirmé le feu vert donné le 3 mars à Zurich par le Board, l’organe garant des lois du jeu de la FIFA.

“Ce que nous voulons c’est aider, donner la possibilité à l’arbitre d’avoir une aide supplémentaire quand il doit prendre des décisions importantes, et dans un Mondial on prend des dé- cisions très importantes”, a-t-il ajouté.

Véritable révolution tech- nologique, la VAR porte uniquement sur quatre cas: valider ou refuser un but, attribuer ou non un carton rouge, analyser une action pouvant valoir penalty et corriger une erreur d’iden- tification d’un joueur sanctionné.

“Ce n’est pas possible qu’en 2018 tout le monde, dans le stade ou chez lui, sache en quelques secondes si l’arbitre a commis une grave erreur, et que l’ar- bitre ne le sache pas, non parce qu’il ne veut pas sa- voir, mais parce que nous lui interdisons de le faire”, a plaidé Infantino, fervent partisan de l’arbitrage vi- déo après avoir longtemps été sceptique. Après son application lors du prochain Mondial, la VAR sera implantée peu à peu dans les compétitions nationales.