La SICOM Employees Union demande au Premier ministre, Pravind Jugnauth, ainsi qu’au ministre des Services financiers et de la Bonne gouvernance, Sudhir Sesungkur, de changer le chairman et les membres faisant partie du ßoard de la SICOM.

« Ki zot pe fer la si zot pa kapav fer narien pu sanz sitiasion bann anplwaye. La situation qui prévaut actuellement est en train de créer plus de frustration car il n’y a plus de méritocratie dans la manière dont ils procèdent pour gérer, et ce depuis que certains employés ont choisi leur VRS. Nous avons à maintes reprises sollicité la direction pour négocier. Les membres font toujours la sourde oreille », a déclaré Satyen Bose Hoolas, le président de la SEU, lors d’une conférence de presse.

Pour ce qui est de l’exercice de promotion, il affirme qu’une bonne partie des employés « ne sont pas satisfaits car cela ne se fait pas dans la transparence ». Il poursuit : « Comment se fait-il que des employés ayant 15 ans d’expérience puissent accéder au poste de“Senior”aux dépensde ceux ayant occupé ce poste pendant plus de 28 ans ? » Selon lui, la direction « passe son temps à faire des promesses ».

Deepak Benydin, président de la Federation of Parastatal Bodies and Other Union, déplore l’attitude du management de la SICOM, qui « refuse toujours » de négocier avec le syndicat, qui est reconnu. « Zot pa respekte bann prosedir. Zot esey negosie dan koulwar ek sertin anplwaye ki zot krwaze », dit-il.