Léa Sambacail

Après une opération du coeur et une autre pour séparer ses poumons, la petite Léa Sambacail, 4 mois, devra subir une troisième intervention dans deux mois en Inde où elle se trouve actuellement. Les médecins ont découvert que son estomac présente une anomalie. Le bébé regagnera Maurice ce mardi. Une aide financière de Rs 500 000  de l’Etat a été accordée aux Sambacail, mais ce montant a été insuffisant pour couvrir les frais d’hospitalisation du bébé. Sa mère, Caroline Sambacail, lance un appel à l’aide en direction des autorités et du public.

Impuissante devant l’état de santé de son bébé, Caroline Sambacail, 25 ans, aura à remuer ciel et terre pour trouver les Rs 500 000 nécessaires pour financer la troisième opération de son enfant. Actuellement en Inde, la jeune femme, qui est au chevet de sa petite Léa, 4 mois, à l’hôpital Manipal, à Bangalore, regagnera Maurice avec celle-ci, ce mardi. Il y a un mois, Léa Sambacail avait été admise dans cet établissement indien où elle a subi deux opérations, notamment au coeur et la séparation de ses poumons. Cependant, Caroline Sambacail explique que les médecins indiens ont constaté que l’estomac du bébé présente une anomalie. Selon les explications de sa mère, la petite Léa présenterait des symptômes d’une hernie de l’estomac par glissement. « Les médecins m’ont dit qu’une intervention chirurgicale est vitale, sinon elle ne pourra pas faire des mouvements liés à son développement et que font tous les bébés de son âge », dit Caroline Sambacail. Ayant déjà subi deux interventions importantes, Lea ne pourra être opérée avant deux mois. Toutefois, passé ce délai, elle aura à retourner en Inde. Pour financer leur déplacement, la prise en charge médicale et l’opération de son bébé, Caroline Sambacail a besoin de Rs 500 000. Déjà bénéficiaire d’une aide financière de Rs 500 000 de l’Etat, la jeune femme explique — facture de l’hôpital à l’appui — que l’intervention et les soins de Léa ont coûté au-delà du montant reçu. Entre temps, la subvention pour le traitement médical des Mauriciens à l’étranger est passé à Rs 1 M. Et Léa Sambacail, ayat déjà bénéficié d’un support financier de l’Etat, ses parents auront à trouver d’autres sources de financement.

Arrivée en Inde il y a un mois, la petite Léa devait initialement être opérée du coeur où deux trous avaient été détectés. Mais peu de temps après cette intervention, qui a été une réussite, Léa a dû subir une deuxième. « Ses poumons étaient collés et l’un est plus petit que l’autre », confie Caroline Sambacail. La deuxième opération s’est également bien passée. Mais, depuis, le bébé, explique encore sa mère, a perdu la voix. La mère et la fille sont restées quelques jours supplémentaires à l’hôpital. L’argent a manqué et la facture a grimpé. « Nous avons lancé des appels à l’aide aux Mauriciens. L’argent recueilli et le salaire de mon mari ont servi à payer les frais imprévus », dit Caroline Sambacail. Léa, qui a passé un certain temps en soins intensifs, a eu sa décharge, mais ne quittera l’hôpital que demain pour regagner Maurice. Et une fois rentrée au pays, la petite fille sera admise à l’hôpital Victoria à Candos.

Bruit anormal

Léa Sambacail est née le 18 juillet dernier. « Elle est née par césarienne », explique Caroline Sambacail. Avec son époux, Ricardo, 28 ans et maçon de profession, elle a une fille aînée, Sophia, âgée de 3 ans. « A sa naissance, Léa paraissait normale. Ce n’est que deux jours plus tard que le médecin m’a informé qu’il avait décelé un bruit anormal au coeur. Si elle n’était pas opérée avant ses 6 mois, elle souffrirait des conséquences de la malformation. Nous nous sommes rendues une première fois en Inde, mais elle était encore trop petite et n’avait pas le poids requis », raconte Caroline Sambacail. Pendant les deux mois à venir, Léa fera l’objet d’une attention constante. Mère au foyer, Caroline Sambacail restera aux côtés de sa fille et l’accompagnera en Inde en 2020, si jusque-là le couple arrive à recueillir les fonds nécessaires pour payer ce déplacement. Habitants à Camp Levieux, les Sambacail espèrent aussi solliciter l’aide de l’Etat. En attendant, tous ceux qui souhaiteraient aider Caroline et Jonathan Sambacail peuvent les contacter sur le 5 7241828 ou verser leurs dons sur le compte suivant : MCB 000033064849