Le 50e anniversaire de la Society for the Welfare of the Deaf, qui regroupe près de 300 élèves, a été l’occasion pour les autorités de réitéré leur engagement à l’insertion des sourds ou mal-entendants dans la société.

« Une des priorités du gouvernement, c’est d’améliorer la vie de tout un chacun. C’est notre devoir de veiller que chaque personne soit traitée de la même façon », a déclaré Fazila Jeewa-Daureeawoo, Vice-première ministre, lors des célébrations organisées pour commémorer le demi-siècle d’existence de l’organisation.

Les élèves ont, eux, offert une prestation spéciale sous les regards admiratifs de l’ambassadrice de l’Union européenne à Maurice, Marjaana Sall, et la ministre de l’Éducation, Leela Devi-Dookun.

L’objectif de la Society for the Welfare of the Deaf est de veiller aux respects des droits des personnes sourdes, et d’offrir une formation adaptée aux jeunes. « Notre mission est d’assurée l’insertion des personnes sourdes dans la société » et dans le milieu de l’emploi, a fait ressortir Noorjehan Joonas, Chairperson.

Le soutien du ministère de la Sécurité sociale et du ministère de l’Education ont également été salué par le Chairperson, ce qui permet à l’avancement de leur cause. En 2004, le gouvernement est venu de l’avant avec la reconnaissance officielle de la langue des signes, et en 2005 l’hymne national de la langue des signes a été signé pour la première fois.

La ministre de l’Éducation, Leela Dookun, a, quant à elle, salué le travail effectué par la SWD. « Une somme de Rs 10 millions a été allouée lors du dernier exercice budgétaire par le ministre des Finances pour la mise sur pied du Special Education Needs Authority destiné aux enfants aux besoins spéciaux », a relevé la ministre.

Cette entité aura pour but de réunir les autorités et les ONG afin de mieux répondre aux besoins des enfants handicapés.

L’ébauche du Disability Bill pour permettre aux jeunes autrement capables d’avoir un meilleur accès aux infrastructures et une éducation inclusive a également été soulignée par l’ambassadrice de l’Union européenne. Pour Marjaana Sall, l’handicap ne doit pas être une barrière à l’épanouissement d’un individu.

Elle a, dans son discours, salué l’initiative de l’État pour le lancement du dictionnaire du langage des signes. « C’est dans ce sens que l’Union européenne s’engage à apporter son soutien au Society for the Welfare of Deaf. Notre implication est de veiller aux respects des droits des personnes autrement capables pour le développement économique et social ».