Les turfistes attendant l’ouverture des bookies hier vers 13h pour effecteur leurs premiers paris de la saison 2018

En filigrane au bras de fer opposant La GRA et le Mauritius Turf Club à la Horse Racing Bookmakers Association concernant la révision à la hausse de leurs redevances à 4,5 % excluant la VAT sur leurs chiffres d’affaires par la Gambling Regulatory Authority, les bookmakers ont changé hier après-midi leur fusil d’épaule et ont repris leurs activités sous protestation. Ils seront donc opérationnels lors de la première journée au Champ de Mars aujourd’hui.

En désaccord avec les 4,5 % imposés par la GRA, les bookmakers n’ont jusqu’ici pas signé leur contrat de travail avec le MTC qui n’a d’autres choix que d’appliquer les règles im- posées par la GRA, selon le rapport BDO, commandité pour arbitrer le conflit SMS- pariaz/MTC. Les bookies envisagent même de mettre à exécution leur menace d’in- jonction en cour, en début de semaine prochaine.

Ce développement est intervenu après que la Horse Racing Bookmakers Association eut une réunion avec la Gambling Regulatory Authority, suivant celle que le MTC a eu plus tôt avec l’ins- tance régulatrice des paris à Maurice. Pour le président Bijaye Greedharry, la situa- tion est pour l’heure « au statu quo ». « Nous sommes en désaccord sur les 4,5 % que nous devons régler au MTC ».

La journée a été chaude pour la CEO de la GRA, Divya Ringadoo car le “burden” du taux de la taxe pèse sur son organisme à travers les directives émises au MTC. Ce dernier a été pointé du doigt car il se devait selon cette directive émise le 28 mars 2018 dans l’après-midi, de ne prendre “no other fee will be chargeable to the licensees except”, d’une liste faisant partie de la directive.

Dans un communiqué émis, hier après-midi, La GRA rappelait au MTC son devoir vis-à-vis de la section 33 du Gambling Regulatory Act à l’effet qu’il devait res- pecter les conditions impo- sées par le board de la GRA qui préconisait qu’outre la redevance fixée par la GRA, “aucune charge addition- nelle ne devrait être réclamée aux opérateurs”.

La GRA a tenu à préciser que ces taux de redevance visaient à mettre sur un pied d’égalité tous les opérateurs de paris sur les courses, selon les consignes recommandées par la firme BDO. Le MTC était ainsi sommé de ne plus réclamer “des montants payables par journée de courses ou de redevance télé”.

La GRA précise que le MTC a donné l’assurance lors de leur réunion, hier matin, qu’il appliquera les directives concernant les paris. En fin d’après-midi, le MTC émettait aussi un com- muniqué pour dire que la GRA maintenait le taux de 4,5 % de redevance et qu’il n’avait d’autres choix que d’appliquer les règles nouvellement en vigueur.