C’est le titre du film d’Alain Resnais L’amour à mort datant de 1988 qui sied le mieux au feuilleton des relations entre Xavier-Luc Duval et Showkutally Soodhun. Parce que, entre la déclaration publique aussi surprenante qu’enflammée « get nou lamour pe vini » faite le 1er mai 2015 pour accueillir l’arrivée du leader du PMSD au rassemblement de ce qui constituait alors Lalians Lepep et le désormais tout aussi célèbre que flippant « Si couma dire mo bodyguard ti donn moi revolver mo touye Xavier Duval dan parlement. Mo touye li. Après samem ki appel djihad. Mo ti pou fer li  », c’est un vrai scénario à rebondissements qui se joue entre le N° 4 du gouvernement, vice-Premier ministre et ministre des Terres et du Logement, et l’actuel leader de l’opposition et du PMSD, Xavier Luc Duval.
Cela avait été si correct lorsque le PMSD était entré au gouvernement de SAJ en 1995 et même en 2010 au sein de la plate-forme commune PTr-PMSD-MSM. Pas un nuage dans les relations entre le Parti bleu et le Parti orange. Les retrouvailles de 2014, bien que forcées par les circonstances, ne semblaient pas moins agréables. Ou affectueuses. La preuve, ce rassemblement du 1er mai 2015, témoin d’une rare déclaration d’amour publique d’un dirigeant politique pour son collègue. Lorsque Xavier Duval faisait son entrée à la Place Bazar de Vacoas, le président du meeting, qui n’était autre que Showkutally Soodhun, avait interrompu son intervention pour dire « get nou lamour pe vini ». Touché par cette marque d’affection, Xavier Duval distribuera des félicitations à ses collègues ministres dont celui des Terres et du Logement.
Mais très vite les relations vont se gâter. Juillet 2015, en marge de la célébration de la fête Eid Ul Fitr, apparaissent dans des lieux stratégiques des banderoles bleues avec l’inscription « Xavier souhaite Eid Mubarak à tous les musulmans ». Très opportuniste et sciemment ciblé, mais rien de bien méchant. Pas pour Showkutally Soodhun, qui sollicite ses antennes pour exprimer son courroux. Et quelle réaction! Voilà ce que tonne en substance le collègue Soodhun : « Sa fer mwa revolte. Se indesan de la par de Xavier Duval. Se pa posib. Se enn fet national Ena 1 000 fason fer politik. Pa koum sa. Mo pa dakor, ki li pé rodé, vinn leader musulman ? » La coïncidence a voulu que ce ramdam se soit déroulé pendant que Xavier Duval assumait l’intérim au poste de Premier ministre. Refusant une polémique publique, il décide alors de réagir sur Facebook en écrivant « regretter les écarts de langage de M. Soodhun » et « souhaiter que cela ne se reproduise pas ».
Au nom du fils
Si l’incident semble clos, Showkutally Soodhun joue les provocations en direction du PMSD. Il décide d’inviter Alan Ganoo et Joe Lesjongard, des dissidents du MMM, lors d’une visite à Africa Town à Riambel sous le prétexte que ce sont deux des députés de la circonscription concernée. Or, cette démarche provoque la colère au sein du PMSD, dont le leader va même traiter les députés du Mouvement Patriotique de « lèche-culs ». D’autant qu’à l’époque, la rumeur voulait que les apparentés MP rejoignent les rangs du gouvernement.
Un mois plus tard, alors qu’il tient conférence de presse, un journaliste lui demande s’il ne fait pas exprès de provoquer Xavier Duval depuis l’affaire des banderoles, Showkutally Soodhun s’en défend et, au contraire, se répand en louanges en direction du leader du PMSD. « Jusqu’à ma mort je serai reconnaissant à Xavier Duval ». Dans cette grande envolée, il ajoute : « Xavier est mon meilleur ami et mon frère. Mon fils travaillait au Board of Investment et Xavier-Luc Duval a reconnu ses compétences et l’a laissé en place, malgré le changement de gouvernement. Navin Ramgoolam voulait mettre mon fils à la porte, mais Xavier a dit non. Jusqu’à ma mort je serai reconnaissant à Xavier Duval. Le PMSD est mon meilleur ami au gouvernement. »
Mais comme la langue de ce numéro 4 du gouvernement va dans toutes les directions, elle change rapidement d’orientation une fois que le PMSD a quitté le gouvernement. Les attaques contre le leader des bleus vont se multiplier. S’étant autoproclamé porte-parole pour tout ce qui touche au dossier des musulmans et des pays arabes, il profite d’une visite à Calebasses pour dire que « Xavier Duval finn dormi boukou lor dossier DP World ». C’était après l’échec des négociations avec la firme dubaïote pour un partenariat stratégique avec la Cargo Handling Corporation.
Le projet Heritage City, qu’il a conjointement porté de bout en bout avec son collègue Roshi Bhadain en promettent 15 000 emplois dans sa circonscription du N°15 ayant été sabordé par Pravind Jugnauth, Xavier Duval et Ivan Collendavelloo, Showkutally Soodhun s’en prend au leader du PMSD en affirmant que Maurice n’a pu avoir un emprunt conséquent de l’Arabie Saoudite parce que Xavier Duval « avait amendé des lois quand il était au ministère des Finances ». Le personnage étant devenu folklorique, plus personne n’accordait de l’importance à ses élucubrations, quand bien même il est le numéro 4 du gouvernement.