LETTRE OUVERTE À LA DIRECTION DU SEDEC : L’avenir du Kreol Morisien dans les écoles catholiques

Merci infiniment de votre réponse en date du 15 septembre 2017 à ma lettre ouverte en date du 8 septembre 2017, réponse très attendue sans doute, par une bonne partie de l’opinion publique, qui saura sûrement faire d’elle-même la part des choses entre ce qui a été dit ici et rapporté là. Merci surtout d’avoir confirmé tous les éléments factuels ainsi que les données chiffrées contenues dans ma lettre ouverte. Ce qui, par extension, légitime totalement cette dernière puisque grâce à elle, le public, incluant les parents d’élèves et les élèves directement concernés, en est aujourd’hui informé.
L’heure n’étant pas à la polémique, mais aux actions saines, urgentes et concrètes, et puisque seuls comptent ici l’intérêt de nos enfants et le strict respect de leurs droits fondamentaux, je vais prendre directement et publiquement acte de votre accord et votre disponibilité pour une table ronde réunissant votre secteur de l’éducation, le ministère de l’Éducation, le MIE et l’Université de Maurice, dans le but de faire le point sur le sort du Kreol (Morisien et Rodrige) dans toutes les écoles de la République de Maurice en 2018 et de trouver des solutions convenables à toutes les parties. Et puisque c’est dans mon camp en tant que Président du Creole Speaking Union, mais aussi en tant que Professeur en French & Creole Studies, que vous lancez la balle, je la saisis volontiers au bond et m’engage à vous faire parvenir très bientôt, à vous et aux autres partenaires concernés, une lettre d’invitation en ce sens. Ma lettre ouverte aura eu au moins cela comme mérite.
Cordialement vôtre et à très bientôt donc.