Le président de la Federation of Civil Service and Other Unions, Narendranath Gopee, déplore la « tendance d’Ivan Collendavelloo envers les employés de la CWA », qu’il qualifie d’« anti travailleur ». Il demande au Premier ministre d’intervenir au plus vite afin qu’une solution soit trouvée. Il demande aussi que la liste des nouvelles recrues à la CWA soit rendue officielle et publique.

La loi du travail contient des « graves manquements », qui permettent à des employeurs de résilier des contrats à leur guise. Narendranath Gopee est d’avis que ces manquements ont rendu les employés très vulnérables, comme c’est le cas des travailleurs de la CWA. « Le cas de la CWA vient confirmer à quel point les employés du secteur privé sont vulnérables à des ordres du “Seigneur”, en l’occurrence Ivan Collendavelloo qui est l’auteur de toutes les décisions. En 2018, ce n’est pas possible que l’arme de combat soit une grève de la faim, pour résoudre des petits problèmes des travailleurs. Nous sommes conscients que le ministère du Travail a tout fait pour résoudre le problème et faire de sorte que la CWA puisse recruter à nouveau ces employés. Mais nous avons appris de source très sûre que c’est Ivan Collendavelloo qui prend toutes les décisions », a affirmé le président de la FCSOU.

L’intention d’Ivan Collendavelloo, a-t-il dit, de résilier d’autres contrats figure toujours à son agenda. Narendranath Gopee déplore que le DPM n’ait pas pensé aux conséquences sociales et familiales en résiliant le contrat des employés de la CWA.