Le comité ministériel, placé sous la présidence du Minister Mentor, Sir Anerood Jugnauth, depuis la démission de Xavier-Luc Duval du gouvernement de Lalyans Lepep, devra mettre les bouchées doubles en 2018 pour compléter les consultations et soumettre des propositions de réforme du système électoral. L’introduction d’une dose de représentation proportionnelle est perçue comme une alternative au Best Loser System, décrié comme étant le tremplin pour des pratiques électorales à caractère communal. Mais, avec les prises de position de sir Anerood au sujet des effets des ajustements découlant de la représentation proportionnelle, il devient de plus en plus évident que la solution en vue de la réforme électorale s’annonce très compliquée.

Il y a encore les partis d’opposition qui ne sont pas d’accord sur la formule. Sauf que les militants de Rezistans & Alternativ, qui ont obtenu des victoires devant l’United Nations Committee on Human Rights et le Judicial Committee of the Privy Council, ne comptent pas rester les bras croisés. Le Constitutional Case, porté par ce même parti politique devant la Cour suprême, aura eu le mérite de “keep the issue live” même si aucun développement majeur n’est en vue. N’empêche que l’approche de la prochaine échéance pour les élections législatives fait que toute réforme électorale bricolée à la veille de ce scrutin suscitera toujours des soupçons de part et d’autre.