LOGEMENT : Le nombre de quatters a baissé, selon Showkutally Soodhun

Il n’y en aurait que 346 à travers le pays

Tout comme il l’a annoncé à Glen Park, Vacoas, en milieu de semaine, le ministre des Terres et du Logement, Showkutally Soodhun a réitéré sa volonté de construire plus de maisons pour des familles à faibles revenus, cela vendredi dernier lors de la remise des letters of intent à des bénéficiaires vivant sur les terres de l’État dans des régions de Port-Louis. Il y aura au total 10 000 maisons sociales en 2019, soit à la fin du mandat du présent gouvernement.
Lors de ses différentes sorties cette semaine, Showkutally Soodhun a fait un relevé des squatters à travers le pays. Avec l’allocation de terrains et de maisons, le nombre de squatters, selon le ministre a régressé. “Dan Moris antye ena 346 skwaters. J’ai pu résoudre le problème en ramenant le nombre à la baisse”, déclarait Showkutally Soodhun à la remise des letters of intent. Ce dernier affirmera même “qu’il n’y a plus de squatters à Port-Louis.”
À Glen Park, où une parcelle entièrement viabilisée a été allouée à une quarantaine de familles, le ministre a fait la promesse de mener à terme les projets de construction pour les foyers à faibles revenus. “Nous allons respecter notre engagement malgré un problème de manque de liquidité”, a-t-il déclaré. Et de rappeler que Maurice a reçu une enveloppe de Rs 700 millions en “cadeau” de l’Inde pour les projets de construction de maisons sociales. Pour honorer l’engagement du gouvernement, le ministre des Terres et du logement a avancé que des terrains ont été obtenus des établissements sucriers.
Par ailleurs, présent à Glen Park, Nando Bodha, ministre des Infrastructures publiques, a annoncé un système en ligne pour ceux qui obtiennent des parcelles entièrement viabilisées. Ils pourront envoyer leur plan et obtenir leur permis en ligne. Le permis obtenu, des visites seront effectuées pour voir si les bénéficiaires respectent les conditions imposées. Un Building Control Office verra également le jour. Ce bureau se penchera sur les doléances de ces personnes. Les familles qui obtiennent ce terrain de l’État n’auront pas le droit de le vendre avant dix ans. Elles devront payer Rs 250 par mois à la National Housing Development Company.