Le ministère de la Santé refuse d’accorder un entretien au Mauricien sur la listériose

« The World Health Organisation (WHO) warns Nigeria, 15 other countries of Listeriosis outbreak. » Tel est le titre d’un article repris depuis hier par plusieurs sites internet africains. L’article souligne le danger de cette maladie bactérienne, pouvant donner lieu à des maladies mortelles. Pour rappel, depuis janvier 2017, une épidémie de listériose, considérée comme la pire de l’histoire, a éclaté en Afrique du Sud et a fait jusqu’ici plus de 200 morts. Si dans un communiqué il y a deux semaines, le ministère a affirmé que « les produits à base de viande d’Afrique du Sud seraient enlevés du marché », il a donné quelques brèves définitions de la maladie et a prodigué quelques conseils, estimant avoir tout dit, et n’a pas jugé nécessaire d’accéder à la requête du Mauricien pour un entretien avec un médecin pour davantage de détails en vue de faire le point sur la situation. L’article ajoute que l’OMS a demandé hier au Nigeria et à 15 autres pays africains, dont Maurice, de la soutenir en sensibilisant leur population sur cette épidémie.

L’article rappelle que la listériose est une « maladie infectieuse » couramment causée par la consommation d’aliments contaminés par la bactérie Listeria. « La maladie donne lieu à des maladies graves, y compris la septicémie, une maladie mortelle causée par la réaction de votre corps à une infection, la méningite ou l’encéphalite, qui entraîne souvent des dommages à vie, et même la mort », souligne-t-on. L’article poursuit en précisant : « The other African countries that received the wakeup call are Malawi, Mauritius, Mozambique, Namibia, Lesotho, Madagascar, Swaziland, Tanzania, Uganda, Zambia and Zimbabwe, Angola, Botswama, the Democratic Republic of Congo and Ghana. »

L’infection bactérienne, selon l’article, semble avoir atteint deux pays de l’Afrique de l’Ouest et 14 pays membres de la SADC. Plusieurs pays ont déjà retiré des produits importés d’Afrique du Sud de leur marché. Toutefois, comme le souligne l’article, d’autres cas de listériose risquent malgré tout de survenir, étant donné « the potentially long incubation period of listeriosis and the challenges relating to large-scale nationwide recall processes ».

Selon le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional de l’OMS pour l’Afrique, « this outbreak is a wake-up call for countries in the region to strengthen their national food safety and disease surveillance system ».

Est-ce que les autorités à Maurice comptent mettre sur pied un comité de surveillance ? Quels sont les produits, autres que ceux à base de viande, importés d’Afrique du Sud et qui seraient susceptibles d’être contaminés par la listériose ? Les fruits et légumes en provenance d’Afrique du Sud sont-ils propres à la consommation ? Compte-t-on mener une étude pour déterminer s’il y a eu des cas de listériose à Maurice liés à cette épidémie ? Autant de questions qui demandent des réponses du ministère, ne serait-ce que pour rassurer la population.